close
vocabulaire de triathlète : la SST (Sweet Spot Training)

vocabulaire de triathlète : la SST (Sweet Spot Training)

La SST  n’est pas un organisme publique, un syndicat, mais plutôt un terme que votre coach devrait sans cesse vous rabâcher.

Sweet spot training
Sweet spot training

SST = Sweet Spot Training. En fait cela correspond à une plage d’intensité entre 88 et 93% de votre FTP (FTP = puissance maximal moyenne sur un effort d’1h). Certains coachs annoncent des valeurs plus basses entre 75 et 95% ce qui est généralement plus adapté au triathlète puisqu’il est rarement dans des efforts longs proche de son FTP.

leon_trimes1

L’intérêt?
En fait c’est l’entrainement où vous en avez le plus pour votre argent, puisque vous gagnez en aérobie et en puissance (force). Même si vous êtes en dessous de votre FTP, les efforts en SST permette tout de même de faire des gains sur celui-ci.

La SST doit être intégrée en intervalles entre 12 et 30 min (répété 2 à 3 fois). Pour illustrer l’article Longue sortie 2.0, il est bon d’en faire même dans vos sorties dominicales.

Il faut avant tout la voir comme synonyme de temps de qualité sur le vélo. C’est encore encore plus vrai pour le triathlète de longue distance qui a un grand besoin de faire des longs intervalles afin de répondre aux spécificités des courses (long effort solitaire régulier).

Si vous êtes en préparation pour un triathlon longue distance 70.3 ou Ironman, le SST aura des allures supérieures à celle de vos courses puisque les meilleurs seront au maximum à une intensité récommandée correspondant à 85% de leur FTP et environ 78% pour un ironman. Ces chiffres diffèrent en fonction de votre niveau.

Il en demeure que la SST vous apprendra a tolérer un effort plus soutenu et vous permettra d’améliorer votre perception de l’effort durant vos courses.

 


Commentaires

Alexandre Saint-Jalm

Alexandre Saint-Jalm

Né à Poissy, France, exilé à Montréal, Canada, Alexandre cherche perpétuellement à déchiffrer le sport d'endurance ainsi que son élite. Designer graphique de formation et passionné pour le triathlon suite à la performance de Whitfield à Bejing, il considère le sport comme vecteur de vie. alex@trimes.org