Comment limiter sa prise de poids durant la coupure hivernale.

C’est la période où vous êtes très nombreux à faire une coupure. Pour certains, cela correspond à une courte période de 2 semaines et pour d’autres, on évoque plusieurs mois. Si ce passage est nécessaire pour se régénérer autant sur le plan psychologique que pour évacuer toute forme de fatigue chronique, il est aussi synonyme d’un effet moins désiré soit la prise de poids. 

Tout est une question d’équilibre, si le désentrainement est nécessaire, il ne faut pas tomber dans l’excès et accumuler les kilos. Un athlète devrait limiter sa prise de poids. Dans le cas contraire, un athlète devra fournir un plus grand effort pour retrouver sa forme et son poids de course. Si la coupure est bénéfique, pour certains, la prise est très dure. Un athlète peut rapidement perdre sa motivation en se jugeant trop loin de sa meilleure forme. C’est une étape plus difficile qu’il en parait.

La logique.

Lorsque l’athlète est en coupure, il vient réduire drastiquement sa charge d’entrainement. L’athlète n’a pas toujours le réflexe d’adapter sa consommation en calories hebdomadaire. 

Il existe deux données soit le métabolisme de base, ce chiffre correspond au nombre minimum de calories nécessaires pour que votre organisme fonctionne normalement et votre besoin journalier, ce nombre correspond à l’énergie que vous dépensez quotidiennement, et donc à la quantité de calories que doit contenir votre alimentation chaque jour.

Pour un homme de 70 kilos et de 180 cm, on parle d’un métabolisme de base de 1673 kcal et de 2594 kcal pour vos besoins journaliers. Cela signifie que lorsque l’athlète est en dessous des 2594 kcal, il maigrit et lorsqu’il est au-dessus, il grossit. Ces chiffres restent approximatifs et très individuels puisqu’ils dépendent de vos activités du jour, mais aussi de votre métabolisme ainsi que l’index glycémique des aliments. 

Si un athlète qui effectue de grosses journées d’entrainement peut facilement atteindre les 4000 kcal, en maintenant ces habitudes alimentaires sans entrainement, cela se traduira forcément par une prise de poids rapide.

Il est donc nécessaire d’adapter son régime alimentaire. Les nutritionnistes recommandent généralement de diminuer sa consommation en protéine et en gras. Vous pouvez les remplacer en mangeant plus de fruits et de légumes. Ils sont riches en vitamine, minérale et en fibre. Il n’est pas question de se priver, mais juste de rester raisonnable. 

La seconde solution est de rester actif. Si l’athlète ne veut s’imposer des entrainements dirigés, c’est le moment idéal pour faire du sport sans contrainte ou essayer des nouvelles activités sportives afin de maintenir un certain seuil dans votre dépense calorifique hebdomadaire. Cela viendra ralentir le processus de désentrainement et vous permettra de reprendre plus facilement l’entrainement. 

 

Aucun commentaire

Commentaire fermé