Alistair Brownlee veut le titre mondial Ironman 70.3 en 2017 et plus…

Les années post olympiques permettent aux athlètes une certaine flexibilité. Si certains en profitent pour tenter de nouvelles expériences, d’autres décident de faire la transition vers la longue distance. 

Depuis quelques mois, certaines infos circulaient sur Alistair Brownlee. Le chroniqueur, Tim Heming de 220triathlon.org a finalement eu les aveux du double champion olympique. 

L’athlète de 28 ans a confirmé qu’il souhaite gagner le titre mondial en demi-Ironman (70.3). Alistair voit sa participation comme une pièce fondatrice avant d’avoir Kona en point de mire. 

Il n’est donc pas impossible de retrouver Javier Gomez et Alistair Brownlee s’affronter non pas sur le circuit ITU (WTS) mais lors des prochains championnats du monde de 70.3 qui auront lieu aux États-Unis en 2017.

Si Javier Gomez a simplement besoin de terminer un 70.3 pour obtenir son billet de qualification pour les championnats du monde de 70.3, Alistair Brownlee devra se qualifier et donc prendre part à plusieurs courses (NB : s’il remporte un championnat continental, une seule course pourrait lui suffire) pour se faire un chemin vers le Tennessee.

« Je veux essayer d’autres choses pour les deux prochaines années. S’éloigner un peu de la distance olympique, essayer d’autres choses, peut-être en course à pied. Je sais que pour aller à Tokyo, je dois dédier 2 ans pour cela. Alors durant cette période, ma priorité sera assurément Tokyo… ou assurément Hawaii », dit-il.

Retour sur le passé : après son titre olympique aux JO de Londres, l’aîné des Brownlee s’était déjà essayé en course à pied. Il souhaitait se qualifier pour les jeux du Commonwealth mais avait échoué avec un temps de 28’32 sur le 10 000m (pour un minima B fixé à 28’20). Il pourrait à nouveau tenter sa chance pour l’édition de 2018.

Quels que soient ses projets, il devra faire taire ses détracteurs qui le qualifie de fragile. En modifiant sa répartition entre les trois disciplines pour y favoriser la course à pied, le Britannique a développé plusieurs blessures au pied. Cela d’ailleurs forcé à subir une chirurgie à l’automne 2015 qui aurait pu mettre un terme à sa carrière.

Alistair ne semble fermer aucune porte pour son avenir, tout comme les deux dernières championnes olympiques en triathlon, il ne serait pas impossible de le voir en marathon lorsque sa carrière en triathlon olympique sera finie. 

Aucun commentaire