Mestri > Twit, le Zwift pour Triathlète pour mieux drafter et apprendre à éviter les arbitres

Si Zwift a déjà réussi l’impossible en rassemblant les cyclistes dans un monde virtuel, plusieurs projets aussi annonciateurs sont en cours. Si un mode de course à pied sera prochainement offert, le triathlète profitera aussi prochainement son propre monde plus fidèle à ses besoins et ses particularités.

L’idée serait tout simplement venue lors des derniers championnats du monde Ironman à Kona.

Le chargé et initiateur du projet, Cepa Leer s’est rapidement rendu compte que l’image qu’il se faisait des triathlètes, soient des athlètes fournissant un effort individuel était erronée. Je les voyais très respectueux des règlementations, on m’a toujours dit que le triathlon était le nouveau golf, alors je croyais qu’ils étaient très respectueux des règlements, mais en fait, c’est complètement l’inverse. C’est une sorte de cache-cache avec les arbitres, il faut savoir ne pas se faire prendre… Je pensais que c’était de la triche, mais en parlant avec plusieurs athlètes, j’ai rapidement compris que cela faisait partie du jeu, dit-il.

Si Zwift découle d’un jeu comme Gran Turismo où le concept est basé sur un équilibre entre réalisme et ludisme, Cepa Leer a préféré s’inspirer de Grand Theft Auto pour son projet dédié aux triathlètes. Tout est permis, la seule règle c’est de ne pas se faire prendre par l’autorité soit les arbitres à moto.

En revenant de Kona, l’équipe a donc commencé leurs recherches afin de mieux comprendre les habitudes des triathlètes. Rapidement, ils se sont rendu compte que 75% mentaient sur leur poids par plus de 20% mais aussi, ils restaient constamment en arrière des groupes. En comparaison avec les cyclistes, l’équipe s’est aussi rendu compte que le triathlète évitait les parcours avec des dénivelés ainsi que les intervalles à très hautes intensités.

À partir de cela, on s’est dit qu’il fallait créer le propre monde et le projet Twit a commencé. Cela fait déjà plusieurs mois que nous travaillons là-dessus. Contrairement à Zwift, la majorité des autres coureurs sont en fait des cyclistes dirigés par l’intelligence artificielle.

L’idée est de répliquer la situation d’un 70.3 où tu te retrouves à devoir doubler plus de 1000 athlètes sur les 90km.

L’athlète devra donc faire des choix entre doubler ou tout simplement rejoindre un peloton. Dans une seconde phase, on va placer des arbitres et il faudra faire preuve de stratégie afin d’éviter les cartons. Les indices seront sonores et en appuyant sur la touche B de votre clavier, il sera possible de regarder en arrière afin de guetter. Cepa Leer, très enthousiaste souhaite d’ailleurs aller encore plus loin, on travaille afin d’utiliser la webcam de l’utilisateur, cela nous permettra de savoir quand il est en position aéro ou pas, cela aura une influence sur sa vitesse. Un mouvement de la tête vers l’arrière déclenchera une amplification du niveau sonore et cela pourra lui permettre de mieux entendre des motos.

Au final, on est super fier de pouvoir proposer un monde virtuel qui suit l’engagement de notre compagnie, soit d’offrir une expérience la plus proche de la réalité. Cela répond à des demandes, beaucoup de triathlètes nous disaient que les entrainements étaient trop loin de leur expérience de course. Si on a réussi à répliquer tout cela pour le vélo, je crois que notre proposition sur le triathlon est totalement en phase avec ce sport, dit Cepa Leer.

Le projet est déjà en phase bêta, des invitations pour le tester sont déjà en cours et selon ses créateurs, il devrait être disponible avant la fin de l’hiver.


Mestri est une version satirique de Trimes. Entre prophétie et humour, nous souhaitons faire appel à votre jugement. Rien de ce texte n’est vrai

Aucun commentaire