close
Myrock passe un cap, vélos en carbone sur mesure.

Myrock passe un cap, vélos en carbone sur mesure.

1 décembre 2016

Avec 8 ans d’existence, la marque francaise MYROCK a décidé de continuer son développement. Cette année, elle a décidé de prendre un autre virage avec la création d’une collection textile et le développement de sa propre gamme de vélo.

Pour pousser la personnalisation à son paroxysme et aller plus loin cette démarche, elle réalise un rêve en travaillant avec l’un des meilleurs artisans Italien qui leur permet de proposer des vélos en carbone sur mesure en « tube to tube ».

Ainsi est née la gamme Aloha oú chacun pourra choisir sa propre géométrie, ses couleurs, ses systèmes de freinage et même changer certaines sections de tubes.

imvi2017_banniere_trimesi_80x577

Chaque cadre sera donc une pièce unique adaptée à votre notre niveau, vos objectifs et ambitions, mais surtout vos envies et votre PLAISIR. Comme nous dira l’un des fondateurs de cette compagnie, on pourrait utiliser pleins de superlatifs pour décrire nos vélos…  on toute objectivité et selon nos tests non validés par la NASA, ils sont effectivement les meilleurs ».

La gamme Aloha (cadre seulement) sera détaillée 4990 euros pour le vélo TT et 4490 euros pour le vélo de route. Si La marque se lance dans un marché haut de gamme, elle n’abonnera pas pour autant ses modèles plus abordables.

Dans le cas de MYROCK, on peut effectivement dire que c’est une belle évolution pour une marque qui jouaient précédemment les intermédiaires avec des fabricants de cadres asiatiques dits « Open mold ».

S’il existe une tendance chez les triathlètes à renouer avec la nature (SwimRun, Triathlon extrème), on voit aussi des marques jouant la carte de la proximité. Comme on l’a précédemment évoqué, il faut de tout.

ventouxman

Commentaires

Alexandre Saint-Jalm

Alexandre Saint-Jalm

Né à Poissy, France, exilé à Montréal, Canada, Alexandre cherche perpétuellement à déchiffrer le sport d'endurance ainsi que son élite. Designer graphique de formation et passionné pour le triathlon suite à la performance de Whitfield à Bejing, il considère le sport comme vecteur de vie. alex@trimes.org