Mestri > Le test de la Vo2Max abandonné pour celui de l’asthme

Pour progresser, il faut savoir connaitre ses adversaires, c’est le mot d’ordre du nouveau laboratoire de recherche, soit l’INEPT pour l’institut national des études de performances tablettes.

Ce nouveau département vient de publier une première étude plutôt étonnante, puisqu’elle démontre une forte corrélation entre les athlètes asthmatiques et la performance.

Dr Aspire va jusqu’à affirmer que l’asthme chez l’athlète est un meilleur indicateur de la performance que la Vo2max.

Le principe est très simple : contrairement à la croyance populaire, un athlète développe de l’asthme avec l’entrainement. Il est induit par la pratique d’un exercice physique et est d’ailleurs appelé « asthme d’effort » ou « asthme post-exercice ».

À force d’exposer ses bronches à différents éléments environnementaux, elles deviennent de plus en plus sensibles. Le développement de l’asthme est un excellent indicateur du passé du sportif. Si les meilleurs athlètes sont en grande majorité asthmatiques, ils savent aussi très bien le gérer. On ne voit jamais un sportif de haut niveau en pleine crise durant une course.

« Si la Vo2Max n’évolue guère lorsque l’athlète est déjà très entrainé, c’est totalement différent pour l’asthme. D’ailleurs, notre recherche ouvre des nouvelles pistes, il faudra poursuivre les recherches dans cette direction. Selon nous, il faut arrêter de s’entrainer à Font Romeux et venir en région parisienne pour profiter de la polution urbaine. Il faut se munir de nouveaux protocoles. Honnêtement, on soupçonne que d’autres nations sont déjà nettement plus avancées que nous, leur permettant en plus d’être éligibles plus facilement à des exemptions médicales », dit-il.

Lorsque nous l’avons interrogé pour savoir entre autre si tout cela n’était pas une forme de dopage, Dr Aspire a pris une grande respiration avant de nous répondre, non, on ne va pas commencer à contrôler l’air. De toute façon, pour réussir, il ne faut justement pas manquer d’air.


Mestri est une version satirique de Trimes. Entre prophétie et humour, nous souhaitons faire appel à votre jugement. Rien de ce texte n’est vrai. 

Aucun commentaire