On refait la course avec Bertrand Billard > 7e à Ironman 70.3 Dubai – Double saveur?

Après une première expérience à Kona en 2016, Bertrand Billard a choisi l’Ironman 70.3 de Dubai pour reprendre la compétition. On s’est entretenu avec lui pour en savoir plus sur sa course et la suite.

Pourquoi Dubai?

Il y a plusieurs raisons, en voici quelques-unes, cela permet de faire un point sur l’état de forme et de fatigue à la fin d’un premier cycle, c’est l’occasion de couper la routine et de maintenir la motivation à l’entrainement, la logistique pour le voyage n’était pas trop complexe. Il y a aussi un prize money conséquent me laissait penser qu’à minima, je rembourserai mon voyage. Et puis, cela me permet de passer à autre chose et de renouer avec le haut niveau en 70.3.

3 minutes de retard après la natation…

J’ai fait une grosse erreur d’orientation au départ, je n’ai jamais été dans l’aspiration des meilleurs nageurs. Ensuite, j’ai emmené le groupe des poursuivants pendant 1800m. C’est une grosse perte de temps et d’énergie.

À vélo, tu te dis…

J’étais pessimiste et déçu, mais pas découragé. Quand nous nous sommes retrouvés à 3 avec David Plese et Ruedi Wild, j’ai essayé de collaborer, mais ce fut laborieux, avec pas mal de changements de rythme.

Pour voir ses données vélo (Strava)

Tu poses tout de même le vélo avec à quelques secondes de Javier Gomez (vainqueur du jour)…

Je pars en effet dans le sillage de Javier Gomez. J’ai l’impression de partir vite, même si je le vois rapidement prendre le large. J’effectue globalement une bonne course à pied, même si le dernier des 3 tours à été un peu plus délicat.

Pour voir ses données course à pied (Strava)

Même si c’est juste une 7e place…

Je pense être dans une bonne dynamique. Je suis proche du meilleur niveau sur 70.3. Je le savais déjà, mais il ne faut pas que je m’endorme dans l’eau pour pouvoir jouer les premiers rôles !

La suite.

Mon calendrier n’est pas encore fixé à 100%. 70.3 Aix sera au programme, c’est certain. Pour le reste, peut-être le L de Cannes, 70.3 Barcelone, Challenge Samorin, IM Francfort.

Et Kona?

Pour aller à Kona, il faudrait que je termine 2 fois sur le podium d’un Ironman d’ici juillet. Cela ne me paraît pas réaliste ni compatible avec ma volonté d’y aller préparée.