Une position à vélo pour courir plus vite?

Si plusieurs études ont tenté de démystifier le secret d’une transition entre le vélo et la course à pied réussite, elles sont avant tout intéressées dans le dosage de l’effort. Mais dans cette optimisation de la performance, est-ce que la configuration de son matériel a aussi un impact significatif sur le résultat final? 

Déjà en 2000, les recherches de Garside et Doran ont permis de mesurer l’importance de l’angle de selle. Sur un effort de distance olympique, ceux qui avait un angle de selle de 81 degrés (selle avancée) obtenaient de meilleures performances, une longueur de foulée et une cadence plus rapide sur les premiers 5 km en comparaison au 5 derniers. 

Avec un angle traditionnel de 73 degrés (position standard), c’est seulement après 7km que le coureur produisait sa meilleure forme (vélocité maximale). 

Si les résultats semblaient déjà concluants, l’étude a été critiquée puisque l’effort à vélo était jugé trop modéré (70% de VO2max). Des recherches de Yan Le Meur (2009), pour la distance olympique avec « drafting » évoquaient plutôt le chiffre de 85% VO2max. 

Puisque les recherches suivantes démontraient qu’un athlète devait produire un effort plus intense à vélo, Howart T Hurst et Catherine Jones ont décidé de s’intéresser sur le sujet.


L’intégralité de l’étude est disponible dans la publication Cycling Science. 


Pour éviter les grandes variations dans les efforts, ils ont décidé d’utiliser la distance sprint pour leur étude puisque selon eux, compte tenu de la durée et de la charge, la notion de gestion de l’effort est plus négligage puisque l’athlète doit être « à fond » durant toute la durée. 

10 triathlètes amateurs s’entrainant entre 7 et 14 heures ont servi pour l’étude. Sur les 10, seuls 7 avaient des vélos spécifiques pour le triathlon. Les 3 autres utilisaient tout de même des aérobarres. 

Après un échauffement de 10 minutes, ils devaient effectuer un contre la montre de 20 km à vélo et de 5 km en course à pied. Le protocole a été effectué à deux occasions avec l’angle de selle à 73 degrés puis 81 degrés. 

Les résultats à vélo.

Que cela soit avec l’angle de 73 ou de 81 degrés, la puissance était identique (162 watts). La cadence était marginalement plus élevée avec l’ange de 81, (97 VS 96). On pourrait donc émettre que le changement de position n’a pas eu réellement d’effet sur la performance. 

ventouxman

Fait important, les résultats ne prennent pas en compte l’aspect aéro de la position de l’athlète (limité à la puissance produite). Sachant qu’une position avancée permet à l’athlète d’avoir un meilleur dégagement et donc de tenir un positionnement plus aérodynamique, la position à 81 degrès devrait aussi permettre à l’athlète de faire des gains de temps.

Les résultats en course à pied.

Dans ce cas, c’est nettement plus concluant. On parle d’un gain de 49 secondes pour l’angle de 81 degrés VS 73 (27:10 VS 27:59). Maintenant, cela reste des performances très modestes et il est donc difficile d’estimer si un athlète plus entrainé bénéficierait autant de l’effet d’une selle avancée. 

Ce gain en performance s’explique uniquement par une foulée plus longue par 3,64% (et non une cadence augmentée) pour le groupe de 81 degrés. 

Observations.

L’angle de 83 degrés aurait un impact sur son geste avec une flexion plantaire augmentée et un mouvement au niveau des genoux réduits, mais surtout une sollicitation réduite au niveau du biceps fémoral et donc du tendon du jarret. 

En conclusion?

Cette étude semble confirmer l’importance d’un positionnement spécifique pour le triathlon.

Déjà lors de l’achat de votre vélo de route, il faudra vous assurer que la géométrie et votre poteau de selle vous permettent d’obtenir une selle avancée. 

Lors d’un positionnement, il est aussi important de travailler avec un positionneur qui comprend les exigences du triathlon. 

Dernier point, l’ITU limite l’avancement de la selle contrairement à Ironman. L’angle de 81° peut être considéré comme illégal dans certains occasions puisque c’est la position de la selle vis-à-vis de l’axe du pédalier qui sera mesurée.

Pour l’ITU, il existe une règle pour les U23 et elite, et une seconde pour les AG et la longue distance.

 


À lire
Pourquoi le vélo de route est indispensable.
Positions vélo de route enfin chiffrées, la mini aérobarre indispensable?