Le retour de Cyril Viennot à la compétition dès ce week-end à Ironman 70.3 Geelong.

Si Cyril Viennot s’est imposé comme le meilleur triathlète longue distance français ces dernières années, après un résultat à Kona en deçà des espérances, il a fallu se questionner sur les raisons. « Je pense que c’est le fait d’avoir eu seulement deux semaines entre les championnats du Monde ITU et Hawaii qui a été difficile à gérer, et qui explique en grande partie le mauvais résultat à Hawaii. Je pense avoir progressé l’an dernier donc pas vraiment de raison de changer quoi que ce soit. Et cette année les Monde ITU longue distance ont lieu fin août, ce sera ça le gros changement », nous confit-il.  

Rapidement, l’ancien champion du monde ITU LD s’est remis au travail, « malgré le fait que j’aie dû interrompre l’entraînement deux fois, car j’étais malade, j’ai quand même pû m’entraîner très correctement de novembre à début janvier », dit-il. 

À nouveau, Cyril a décidé de s’envoler vers l’étranger pour terminer sa préparation, je suis arrivé en Australie mi-janvier avec deux potes, et là on a vraiment fait de grosses semaines d’entraînement, avec du volume et de l’intensité…

l’Australie pour terminer sa préparation en vue de son retour à la compétition qui aura lieu ce week-end lors du Ironman 70.3 de Geelong. Le but est d’essayer de monter sur le podium dimanche et à l’Ironman de Nouvelle-Zélande deux semaines après, pour marquer des points, et aussi parce qu’on a vraiment beaucoup donné à l’entraînement, et j’ai quand même envie que ça paye assez vite! 

La course de ce week-end sera particulièrement intéressante puisqu’il fera face à plusieurs spécialistes australiens sur la distance comme Josh Amberger, Sam Appleton, Tin Van Berkel, mais aussi le récent retraité de l’ITU, Dan Wilson qui a remporté son premier 70.3 lors de son baptême sur la distance. À noter le retour à la compétition de l’espoir australien, Jake Montgomey. Ce jeune athlète a été à l’écart de la compétition pour une durée de plus de 5 mois suite à une violente collision avec une voiture. 

Pour le nouveau sociétaire de Dôle, la suite reste à être décidée, « je ne sais pas encore ce que je ferai après la Nouvelle-Zélande. Un ironman P4000 ou non, combien de 70.3… Cela dépendra des résultats de ces deux courses. ».