Natation > Éviter la panique le jour de la course – 8 trucs.

Tous vos efforts à l’entrainement risquent de ne pas porter fruit si vous n’êtes pas en mesure de répondre aux exigences de la course. Même si les simulations en vélo et en course à pied sont généralement fidèles aux courses, c’est très différent en natation.

Entre être seul dans un couloir d’une piscine de 25m et se retrouver à 2500 à partir ensemble dans un ironman, il y a un monde. Pourtant, pour un grand nombre, les seules fois où un athlète nage en eau libre, c’est le jour de la compétition. Il n’est donc pas étonnant que certains réagissent face à des conditions inconnues. 

D’ailleurs, lorsqu’un athlète n’est pas en mesure de performer à son potentiel, son niveau d’anxiété en généralement la principale raison dans une performance en dessous des attentes. L’environnement de course dépasse ce que l’athlète s’imaginait et sa réaction est la panique. Dans ce cas de figure, les décisions sont souvent mauvaises. 

Que cela soit un athlète débutant ou confirmé, à l’entrainement les énergies sont concentrées afin de faire la distance dans un temps. Le triathlète est un peu comme un acteur qui répéterait son texte sans jamais monter sur scène avant la représentation. Il devrait s’assurer d’avoir les outils pour bien évoluer dans un milieu hostile. 

Comme tout dans la vie, cela demande de l’organisation et de la visualisation.

Soyez prêt pour les conditions de votre course. 
Nager en mer dans les vagues, cela ne s’apprend pas dans une piscine. Lorsque vous choisissez une course, assurez-vous d’apprendre les habiletés techniques nécessaires (vagues, courant, eau froide) aux spécificités du lieu. Si vous faites votre premier Ironman, il est peut-être préférable de ne pas commencer par une natation en mer sans départ en vague.

Faire la distance.
Si vous prenez le départ d’une course, assurez-vous de faire plusieurs la distance à l’entrainement (sans arrêt). Vous gagnerez en confiance et la tâche à accomplir semblera normale.

Technique différente.
La natation en lac ou en mer demande une cadence plus élevée qu’en piscine. La glisse est moins importante. Techniquement, il est préférable de savoir respirer des deux côtés pour être plus à l’aise. 

Nager en groupe et en lac s’apprend.
Il est possible de simuler cette spécificité en piscine avec plusieurs nageurs. Apprenez à suivre de près les autres. Essayez de nager fréquemment en lac. Cet effort additionnel fera la différence. Vous devez apprendre à bien vous diriger et à être confortable dans ces conditions.

Vous devez travailler votre faculté à bien vous diriger dans l’eau. Nager en ligne directe. Pour cela vous devez avoir des poussées équilibrées et savoir regarder en avant pour ajuster votre direction en fonction d’un point de repère. Ce geste doit être travaillé à l’entrainement. L’alternative est de suivre un autre athlète qui semble bien se débrouiller. 

Sur certains parcours, il est possible de se donner des points de référence sur le côté (canal). Si vous gardez une distance constante entre la rive, vous tenez votre ligne. 

Se mettre dans les bonnes conditions…
Généralement, la majorité des athlètes sprintent au départ puis ralentissent pour prendre leur vitesse de croisière. Seuls ceux qui partent en arrière sont dans une vitesse constante. 

Votre position au départ est primordiale, il faut se placer en fonction de son niveau sinon vous recevrez des coups de ceux qui sont plus rapides et qui vous doubleront dans les premiers mètres. Il est préférable de laisser partir les meilleurs devants, cela vous permettra de nager avec moins d’athlètes perturbant votre progression. Dans ces conditions, vous instaurez un rythme. 

Le bon matériel…
Un wetsuit peut s’avérer trop chaud ou trop froid, lent ou rapide, tout est une question d’ajustement. La réalité est que l’eau doit rentrer pour être chauffée par votre corps. S’il est trop grand, le volume d’eau embarqué sera trop grand (lent et froid). Un wetsuit trop serré risque de restreindre vos gestes et il sera difficile pour vous de bien respirer. 

N’achetez pas un wetsuit parce que des élites l’utilisent, assurez-vous que la coupe est ajustée à votre gabarit. Lorsque l’eau est trop froide, il est possible de porter plusieurs bonnets. 

Assurez-vous d’avoir plusieurs lunettes pour en choisir une le jour de la course en fonction des conditions atmosphériques. 

Le repérage…
Avant une course, vous devriez vous pratiquer votre départ et vous assurez que vous maitrisez bien le départ. 

Le bon mental…

Pour battre l’anxiété, le plus important est de rester positif dans votre progression. Ne vous découragez pas par le moindre détail. Il est important de se faire sa place. Vous recevrez des coups et vous allez en donner.

Aucun commentaire