Test > On Running – CloudFlow, Atterrissage en douceur maitrisé?

Avec déjà deux victoires à leur palmarès, aux pieds de Frédérick Van Lierde à Cozumel, et Javier Gomez Noya sur le 70.3 du Bahraïn avec un semi monstrueux (1h10’44 »), elles font partie de ces paires de running qui ne passent pas inaperçues à leur commercialisation.

Pour la petite histoire, On runnings est né de l’association d’Olivier Bernhard (champion du monde duathlon et vainqueur de plusieurs Ironman) et de deux amis à lui (David Allemann et Caspar Coppetti), qui partageait la même passion pour la course à pieds. Ils souhaitaient tous les trois une chaussure de running qui procure un ressenti de course optimale.

En 2010, ils se décident à créer et lancer On. Cette marque suisse s’est rapidement démarquée dans le milieu du triathlon en investissant sur plusieurs vedettes du triathlon comme Frederik Van Lierde puis Nicolas Spirig et David Hauss et plus récemment, Javier Gomez Noya. 

Ils créent une chaussure qui amortit via son propre système, le Cloud. L’atterrissage se fait en douceur, comme sur un nuage, avec une absorption du choc aussi bien verticale qu’horizontale. L’intérêt de ses Cloud n’est pas juste d’absorber le choc, mais aussi de retransmettre l’effort dans une propulsion une fois que le pied quitte le sol. Cette semelle spécifique ne passe pas inaperçue, elle peut intriguer au départ, mais il est important de chausser une paire de ces chaussures pour avoir un avis.

J’ai finalement pu tester une paire pour vraiment voir ce qu’elles avaient dans le ventre!

Avant ce test, j’étais dans le camp des sceptiques et persuadé par ce que ce système devait forcément perdre en tonicité…

Tout d’abord, elle chausse à taille raisonnable, ni trop grande en taille, ni trop petite. Je trouve un peu difficile aujourd’hui de se repérer dans les runnings au niveau de la taille. Je suis parti sur la même taille que mes Mizuno : en revanche, mes doigts de pieds ont plus de place que dans la marque japonaise et c’est une qualité pour faire de la longue distance… Si vos doigts de pieds sont un minimum compressés, vous courez le risque de perdre vos ongles. 

imvi2017_banniere_trimesi_80x577

Le chausson est agréable dès qu’on met le pied dedans, pas de couture gênante ou de temps d’adaptation, on s’y sent à l’aise. Son usage sans chaussettes pour le triathlon est donc à conseiller. 

La chaussure est proposée en plusieurs coloris, j’ai eu le bleu et jaune qui a mon gout a le plus de pêche et de gueule. Petit point faible, les lacets sont longs et glissent au départ. J’ai dû mis prendre à plusieurs fois pour réussir à trouver le bon serrage.

Dans la pratique, je me suis lancé directement avec cette paire sur des sorties de plus d’une heure. J’ai eu confiance directement en ce modèle et aux sensations qu’elles m’ont apportées. Je suis revenu de ma première sortie assez bluffé. Je les placerais pile entre la tonicité et le répondant d’une Sayonnara et l’amorti d’une WaveRider, dans la suite de la Wave Aero ou la Saucony Kinvara. C’est donc une chaussure très versatile à classifier dans la famille des « light trainer ».
La doublure intérieure de la chaussure ne crée aucun frottement désagréable. Elles sont dynamiques, légères. À chaque session de fractionné, j’ai été satisfait d’avoir cette paire plutôt que mes Sayonara qui n’ont vraiment que peu d’amorti. La technologie On running spécifique en ce qui concerne leur amorti (Cloud) permet d’avoir une chaussure qui tolère les erreurs de trajectoire ou de placement. L’accroche est bonne, mais ce n’est pas une chaussure pour aller sur du chemin gras.

Par sa découpe de semelle et son système de Cloud, c’est une chaussure qui accompagne le pied dans son déroulé pour lui rendre tout son dynamisme au moment de repartir. Elle sera pour un coureur avec une attaque milieu ou avant du pied plutôt qu’une attaque purement talon (privilégié le modèle Cloudsurfer dans ce cas-là !)

Pour conclure, cette chaussure se rapproche d’une chaussure respectant le naturel de la course, mais en y ajoutant amorti, stabilité et confort.


Testeur : 1m79 / 78kgs.
Testé sur un bloc d’entraînement de 4 semaines (3 sorties par semaine).
Kilométrage : 130kms.
Sortie : Fractionné / Travail d’allure / Footing.
Sol : Béton / Chemin / Piste trempée
Paire de Running Habituel : Mizuno Sayonara / Adidas Glide 8.
Prix : 149,95€
Drop : 6mm
Type : neutre
Poids : 220gr en US8,5
Fiche produit (On-running)

Aucun commentaire

Commentaire fermé