D1 Duathlon Homme : Explication de la course parfaite de Y. Le Berre

À l’image de ce qu’a fait S. Levenez chez les femmes, Y. Le Berre a dominé de la tête et des épaules cette deuxième manche du Championnat de Division 1 pour s’attribuer un 2e GP consécutif. Analyse.

Càp 1 : Le chrono s’affole

On souligne souvent chez Trimes que les 5 premiers ont une marge assez importante sur càp1. On voit désormais beaucoup de GP ou cela court 3’ au kil devant, avant c’était suffisant avant pour faire une faire une vraie sélection. Ce n’est plus vraiment le cas, 10 athlètes se tiennent entre 5 et 10 secs pour former un premier pack, et ensuite on retrouve un deuxième à 10 secs de la fin du premier, ce n’est pas suffisant. Pour avoir fait ce

« fameux » premier pack plusieurs fois (sans grande marge de manœuvre on ne va pas se mentir), c’est très frustrant de voir revenir le second pack au bout de 5 km. Alors Metz décide de partir fort, très fort : Guerbeur, Devanne, Choquert aux avant-postes, un poil énervé ça vous donne un 1er kil en 2’46 (non ça ne descendait pas pour ceux qui se posent la question !). De l’aveu de tout le monde, ça a fait très mal.

Trace GPS Nathan Guerbeur : 1ère càp

Le deuxième kilomètre est toujours très rapide, 3’02 sachant qu’il y a une sacrée bosse à monter. Finalement cela se tasse un peu sur la fin. Benoit Nicolas ne reviendra en tête qu’à partir du 4e kilomètre d’ailleurs. Le pack sera finalement composé de 10 athlètes qui se tiendront en 5 secs. La tête du deuxième pack sera à 13 secondes (écart entre le 10e et le 11e à l’issue la première).

Vélo : Start dévastateur de Y. Le Berre

La particularité du parcours vélo à Parthenay c’est une bosse d’entrée de jeu, tu sors de T1, et juste le temps pour chausser ses chaussures (c’est un pléonasme ?), et hop la bosse. On parle souvent de la capacité de certains athlètes à enchainer très fort dès sortie de T2 à la descente du vélo, et bien Y. Le Berre fait partie de ceux qui savent partir très très fort à vélo (je vous le dis parce que je le subis de plein fouet habituellement). Comme le confiera Yohan, si tu pars à 10 gars cela ne s’organise pas, alors il est parti fort, a monté la bosse à bloc puis s’est retourné en haut. Plus grand monde pour discuter, il reste plus qu’Émilio Martin, double Champion du Monde. Et vous avez 2 athlètes dominants à pied qui font aussi partie des plus forts à vélo (je pourrai dire les plus forts, mais je laisse tout de même cette palme à Robin Moussel, notre Champion de France LD duathlon, boucher normand).

imvi2017_banniere_trimesi_80x577

Vous avez donc, Y. Le Berre (Metz Triathlon), et Emilio Martin (ESMGO Triathlon) aux avant-postes dès le début, faisant parti des deux clubs dominants du Championnat, et pas grand monde pour chasser derrière. Derrière ce sera des attaques plus ou moins franches tout le long de la course, mais sans résultat probant. Emilio un peu en dessous de Yohan niveau vélo au début finira fort, au point de faire douter Yohan. Ils poseront finalement, le vélo avec 1’ d’avance, plus de doute, la gagne se jouera entre les deux hommes.

Càp 2 : Yohan Le Berre, sans failles

Yohan prend les devants des 2.5 km dès le début. Emilio ne prend la tête de course à aucun moment, stratégie ? Peut être pas, une deuxième à pied de GP en général si tu peux prendre la tête, tu le fais. C’est plutôt, je pars, je me cale derrière et quand la tempête passe, j’en mets une, mais faut-il encore le pouvoir. Yohan décidera finalement de ne pas attendre le sprint, et durcira le rythme (Emilio Martin a un PB sur 1500 en 3’39 donc dangereux sur un finish) pour finalement s’imposer avec 5 secs d’avance.

Derrière, la course pour le podium se jouera entre Benjamin Choquert et Benoit Nicolas, et pour Benjamin, une fois n’est pas coutume il fera le meilleur temps sur la deuxième à pied pour finir 3e.

On notera que Y. Le Berre malgré un vélo réalisé en son intégralité à 2 (et donc une débauche d’énergie très importante) ne prendra finalement « que » 12 secs sur cette 2e à pied par B. Choquert. Cela montre une très grosse solidité, c’est le duathlete francais le plus complet que l’on ait vu depuis longtemps.

Par équipe ça donne quoi ?

Metz Triathlon bat l’ESMGO Triahlon (petite précision pour ceux qui se demandent ce que veut dire ESMGO : Entente sportive municipale de Gonfreville l’Orcher) de seulement … 1 point.

Metz Triathlon 10 points : Yohan Le Berre (1er) – Benjamin Choquert (3e) – Maxime Bargetto (7e) ESMGO Triathlon 11 points : Emilio Martin (2e) – Benoit Nicolas (4e) – Damien Derobert (5e)

Les Tritons Meldois 39 points : Glen Laurens (11e) – Romain Vogt (13e) – François Humblet (15e)

Un Championnat serré qui s’annonce haletant jusqu’au bout, 3e manche, le 14 mai à Liévin.

Aucun commentaire

Commentaire fermé