Dr Trimes > Comparer un pro cycliste à un pro triathlète, impossible?

Cher Dr Trimes…

Après le temps canon d’Andrew Starykowicz à vélo sur l’IM Texas, je me demandais s’il existe une méthode qui mette en perspective les performances des triathlètes par rapport aux meilleurs cyclistes sur la discipline qu’est le Contre-La-Montre tout en prenant en compte la spécificité du triathlon (distance, fraîcheur au moment de démarrer, gestion/économie de course pour enchaîner la course à pied) ?J’espère que c’est suffisamment clair pour être compréhensible.

Malheureusement, c’est un domaine très complexe pour plusieurs raisons. Même s’il est possible d’obtenir des données de puissance que cela soit de pros de triathlon ou de cycliste, on est vraiment désolé de vous faire ce coup-là, mais le père Noël n’existe pas. 

Qu’est-ce que l’on veut dire par cela? Il y a des écarts importants entre les différents capteurs. On précisera prochainement notre pensée sur le sujet avec une étude à l’appui, mais un 280 watts sur un SRM pourrait correspondre à un 315 watts sur un Power2max. De plus, cela peut paraitre très étonnant, mais même si des chiffres sont fournis au public, rien n’indique que les systèmes étaient parfaitement équilibrés.

À cela, il y a aussi une question de poids. On note généralement le niveau de performance en fonction de rapport poids/puissance. À nouveau, beaucoup remettent en question les chiffres fournis par les pros… On obtient généralement des demi-vérités. Tout cela reste très secret puisque pour certains spécialistes, cela pourrait permettre de détecter les athlètes dopés. 

On est donc toujours dans l’estimation… Maintenant, il existe un phénomène intéressant. Le système Xert maitrise d’ailleurs parfaitement le sujet. Un triathlète longue distance et un cycliste ne s’entraine pas de la même façon parce que leurs besoins sont totalement opposés. Leurs profils sont très différents. 

Un cycliste pro s’entraine pour maintenir des hautes intensités sur des courtes durées ou dans certains cas, produire des efforts de TT qui dépassent rarement l’heure. Que cela soit avec des descentes ou avec le drafting, l’athlète profite fréquemment d’occasion pour se reposer. Par contre, il doit développer sa capacité anaérobique pour des sprints ou encore des fins d’étapes très agitées. 

 

Dans le cas d’un triathlète, il s’entraine justement pour tenir une intensité élevée sur une longue durée.  

Pour faire l’analogie, c’est comme comparer Mo Farah sur le 5000m ou sa capacité de gagner une course de championnat se décide sur une courte durée plus intense à un coureur de marathon qui doit résister à l’usure. 

Il existait une certaine croyance que le triathlète pro était finalement plus fort sur un effort solitaire dépassant les 2 heures. Si cela est probablement le cas pour certains, il y a quelques années, Trainingpeaks s’est amusé à faire la comparaison

Ils ont comparé l’effort vélo de Luke McKenzie à Kona avec l’effort de Michael Roger lors de sa victoire d’étape au tour de France en 2015. Sa performance était plutôt révélatrice du véritable potentiel d’un cycliste pro puisqu’il a effectué toute l’étape en échappé. 

Roger avait produit 4,2w/k , 346 watts normalisés et 296 watts sur un effort de 6h.  

Pour Mckenzie ont parle d’un effort de 295 watts normalisé et de 281 watts en moyenne sur un effort de 4:21:27.

Dans les deux cas, cela correspondait à 80% de leur seuil (FTP). 

Comme nous l’avons expliqué dans le début de cet article, tous ses chiffres sont à remettre en contexte. Maintenant, sachant que Luke McKenzie a un marathon à courir et qu’il doit forcément garder assez d’énergie pour bien finir sa course. On peut estimer que sur ce style d’effort, même si le cycliste pro est supérieur, l’écart de niveau n’est pas énorme. La différence de niveau est surtout apparente sur des efforts plus courts.

Maintenant, dans le cas de Starykowicz, on peut effectivement croire qu’il aurait sa place dans le peloton. La problématique de ce cas, c’est que son profil ne correspond pas réellement à celui d’un triathlète. 

Dans le passé plusieurs triathlètes se sont essayés au cyclisme dont Lance Armstrong… Si un athlète comme Ivan Rana (ancien champion du monde ITU) a aussi tenté l’expérience, elle a été courte…


Credit photo > Ironman

Aucun commentaire