Grand Prix Duathlon Évreux : B. Choquert en spécialiste, S. Illès pour une première

La 4ème manche du Grand Prix D1 Duathlon se déroulait ce week-end à Évreux. La 4ème manche est souvent décisive pour l’attribution du titre par équipe, soit les positions se figent, soit les cartes sont totalement rebattues pour la finale. Pour cette manche, on est plutôt dans le cas de la première option.

On peut parler du classement par équipe … Mais concrètement, moi ce que j’aime, c’est de vous raconter  la course ! Je ne vais pas vous mentir, je n’étais pas sur place ce week-end et pas disponible pour suivre la course en direct. Ce petit résumé est donc un mix des impressions de Benoit Nicolas, Benjamin Choquert et Sandra Levenez (merci à eux), des lives vidéo de la fédé et de Metz Triathlon !

La course homme ? Cela se passe comment ? Allez, on y va !

Càp 1 : B. Choquert met tout le monde en ligne

Stratégie classique de Benjamin sur un GP quand il a les cannes (sommes toutes très régulièrement on ne va pas se le cacher), Benjamin se met devant, déroule à son allure et suit qui veut … enfin qui peut ! Et qui peut ? Bah pas grande monde ! (et des fois que ce soit trop  » facile  » , il y a toujours Yohan Le Berre pour relancer de temps à autre). Un groupe de 6 se détache (Choquert, Le Berre, Nicolas, Martin, Dos Santos, et Méchin) et prendra une dizaine de secondes sur le second pack. On est dans les standards habituels du GP, soit une allure à 3’00 / km pour ce premier pack.

Vélo : Un vélo qui rebat les cartes

Cela devient quasi systématique, on assiste à un  regroupement à vélo très rapidement entre le premier pack et le reste de la troupe. On retrouvera une 30aine d’athlètes ensemble. Et si, stratégiquement, il était mieux de serrer le frein pour rester dans le 2ème pack au lieu de serrer le moteur à essayer de suivre le premier pack sur càp1 ? Le débat est ouvert !

Ensuite c’est attaque sur attaque, j’y vais, j’y vais pas, ça casse, ça casse pas etc. Une belle foire du pétage de cannes en perspective avant de recourir un petit 2.5 km derrière. Puis 4 athlètes prennent de l’avance. On pourrait croire qu’avoir un ticket de sortie et prendre une échappée c’est plus une question de chance ?

Et bien quand on regarde le pédigrée des 4 qui prennent les devants cela nous prouve totalement le contraire !

Robin Moussel (Champion de France LD Duathlon 2015, 2016)

Nicolas Baroux (Champion de France LD Duathlon 2017)

Thibaut Humbert (6ème EmbrunMan 2017 avec un chrono vélo de 5h57)

Steffen Justus (Olympien en 2012)

Ils vont prendre une quinzaine de secondes et ressortent de T2 avec une légère avance.

Càp2 : Triplé de l’Équipe de France 

J’aurai pu annoncer un doublé Messins, mais cœur vaillamment Gonfrevillais, je préfère voir un beau triplé de l’Équipe de France ! Benjamin Choquert court plus vite que tout le monde sur càp2 et s’attribue un énième Grand Prix, devant son coéquipier Yohan Le Berre, et notre Champion du Monde 2017 Benoit Nicolas. Les échappées tirent leurs épingles du jeu avec une 5,6 et 7 ème place, du duathlon offensif comme on aime ! Le format 5 – 20 – 2.5 semble parfaitement correspondre à Benjamin qui passe rarement à côté.

Et par équipe cela donne quoi finalement ? Metz en faisant 1 (B. Choquert), 2 (Y. Le Berre) et 4 (M. Bargetto) met tout le monde au diapason et emporte haut la main cette manche devant Gonfreville, un peu loin de ses standards habituels : 3 (B. Nicolas), 9 (Emilio Martin) et 14 (Lucas Reboul). Evreux complète le podium à domicile … il faudra s’y faire, Évreux commence à s’installer durablement dans le paysage du duathlon français (victoire en Coupe de France, podium à répétition sur le Championnat).

Pour ce qui est du classement général, Metz Triathlon prend une belle option sur le titre, il faudrait une très belle course de Gonfreville dans deux semaines à Noyon et une petite défaillance de Metz Triathlon … Rien n’est joué mais la dynamique est plutôt Messine !

Un petit mot juste pour re-souligner la participation de Steffen Justus sur ce GP duathlon, Olympien, ancien vainqueur de WTS, ce fut la crème du triathlon mondial il y a quelques années. Petit message aux vétérans et futurs vétérans du court … Venez approvisionner la D1 duathlon en fin de carrière plutôt que de tenter l’aventure sur le long, vous serez bien accueillis !

La course femme ? Une première pour S. Illès

Pour les femmes, même si la victoire par équipe n’échappera pas à Issy Triathlon, la course fut différente des derniers GP !

Oui en général, le GP femme, c’est une ultra domination d’Issy Triathlon tirée par le haut par Sandra Levenez. Cette fois-ci la dynamique reste parisienne mais plutôt pour le Stade Français. On aura sur la première càp un premier groupe avec Georgina Schwiening, Sandrina Ilès et Lucie Picard, un peu plus loin un deuxième groupe, avec Marion Legrand, Delphine Pasquer et Sandra Levenez, et enfin un pack un peu plus conséquent avec des filles comme J. Chuberre Dodé, Julie Colleter, Laura Miclo.

En vélo, Sandra Levenez, et Marion Legrand vont vite faire la jonction sur le pack pour avoir un pack de tête de 5 athlètes. Lucie Picard montre ses limites et ne peut suivre le rythme. Le vélo suit son cours et Julie Le Colleter rentre sur la tête avec Lesley Smit. Julie Le Colleter c’est un peu la « Robin Moussel » de la course femme : un petit débours de temps à la fin de la première càp, et un vélo où l’on ne se préoccupe pas trop des autres pour remonter le plus rapidement possible sur la tête. Toutes les concurrentes connaissent la stratégie, très peu peuvent suivre le rythme !

La deuxième course à pied livrera donc une belle bataille entre ces 6 athlètes. A ce jeu, c’est le Stade Français qui réalise une très belle opération avec un doublé (une première pour le club ?) avec la victoire de l’autrichienne Sandrina Illès devant Marion Legrand. Le podium est complété par Georgina Schwiening de Côte d’Opale. Un podium sur un GP duathlon sans Isséenne, je ne me souviens pas de la dernière fois ou c’est arrivé ! Mais les Isséennes, solidaires dans l’effort finiront 5ème (Sandra Levenez), 7ème (Lucie Picard), et 8ème (Julie Chuberre Dodé) remporteront tout de même la manche pour prendre un rendez-vous avec un nouveau titre de Champion de France qui leur semble promis dans deux semaines à Noyon. Le Stade Français finit 2ème devant Metz Triathlon 3ème .

Verdict final et clap de fin dans deux semaines à Noyon pour la 5ème du GP D1 !

Aucun commentaire