Annie Gervais, maman et triathlète accomplie se fait trimer.

Cet article est une collaboration entre Trimes et Triathlon Québec.
++++++
Si vous nous demandez qui est notre triathlète pro préférée, nous vous répondrons sans équivoque Annie Gervais. Pourquoi? À 35 ans, elle est  mère de deux petites filles (Maggie et Lea) dont une de seulement 10 mois. En plus, elle est médecin urgentologue et à l’occasion fait des triathlons et bien souvent les remporte….

Cette année elle à gagné le triathlon du Mont-Tremblant, le duathlon de Tracy (devant Kathy Tremblay), le triathlon de Verdun, de Montréal et à terminé 3ième Pro au triathlon 70.3 de Syracuse, 4ième Pro a Timberman et 4ième Pro à StealHead. Dans quelques semaines elle participera au 70.3 de Texas (LongHorn). Elle fait du triathlon depuis 16 ans et est entrainée depuis 3 ans par Charles Perreault.

Nous avons eu la chance de lui poser quelques questions afin que vous puissiez en savoir plus sur ce phénomène!
++++

Tu as pris la 4ieme place à Timberman devant un plateau assez relevé, as tu été étonnée par ton résultat? Oui je suis étonnée. Je suis aussi extrêmement contente d’avoir eu une si bonne course. Le classement est bien c’est sûr mais le plus important c’est que je me sentais super forte et ce tout au long de la course et j’avais la détermination, l’envie de pousser plus. Depuis mon retour, c’est à dire après la naissance de ma 2e fille Léa, je n’avais pas eu ce feeling qui est si important.

Tu as doublé une fille Dede Griesbauer en course pied et battu des championnes 70.3. Je suppose que c’est un boost de confiance pour le reste de ta saison, surtout que tu sembles être dans une progression constante? Je me sentais vraiment bien pour cette course, je sentais que la confiance revenait et mon résultat le confirme. Maintenant je sais qu’un podium est à nouveau possible.

Étais-tu étonnée par ton 1:24 sur 21.1k sur un parcours semi cassant en course à pied? En fait je voulais bien faire une fois cet été sous la barre du 1h25. Je suis un peu étonnée de l’avoir réussi sur un parcours comme celui-là.

C’est naïf comme question, mais est-ce qu’un pro part en course à pied avec un temps en tête et essaye de se pacer en fonction, ou court-il totalement au feeling? Moi je suis très feeling, je n’ai même pas de speedomètre sur mon vélo et je mets une montre que j’oublie souvent de partir le chrono. Alors bien sûr que j’ai une bonne idée de mes temps dans chaque discipline, mais ce n’est qu’après la course que je regarde mes temps. Je suis pas mal toujours à forcer au point ou je me dis est-ce que je vais en avoir assez pour finir???

Allons nous te voir à Clearwater? Non pas cette année, ma natation n’est pas assez forte et d’aller faire une 15e place ça ne m’intéresse pas vraiment. Quand j’irai à Clearwater ce sera pour faire au moins un top 10.

Je me trompe peut-être mais Timberman semble être une de tes performances les plus solides sur le circuit 70.3 avec ta deuxieme place à Rhode Island en 2008. Pensais-tu revenir aussi forte après ta grossesse?Je l’espérais mais rien n’était garanti et d’ailleurs mes premières courses n’ont pas été super. J’ai la tête dure et j’ai continué. Au fond de moi je me disais patience ça va revenir…j’ai du me le dire souvent…
En 2008 j’ai fait une 2e place à Rhodes Island, 3e à Austin et 5e à Timberman. Cette année à Timberman je finis 4e et j’améliore mon temps de près de 10minutes alors c’est vraiment plus que ce que je m’attendais.


Très peu de personnes le savent, mais tu es la mère de deux superbes enfants dont un bébé de 9 mois et avec ton statut de pro, je suppose que beaucoup de personnes doivent se demander comment tu fais et même te juger, d’autant plus que tu es urgentologue.

Je pense que tu as dû adapter tes méthodes d’entrainement avec tes deux enfants? As-tu des techniques particulières? Non pas vraiment. Je cours parfois avec le bébé ou je fais mes entraînements de piste quand elle dort dans le chariot. La présence de mon conjoint Derek avec les filles quand je dois aller m’entraîner est évidemment indispensable. On se partage les heures dans la journée pour s’entraîner et être avec les filles.

Cela doit te faire sourire lorsque les spécialistes disent qu’il ne faut pas faire d’activité physique 3 mois après une grossesse et que le congé maternité n’est pas de tout repos… à ce sujet chaque personne est différente, mais en restant en forme et bien sûr si l’accouchement se fait sans problème on peut reprendre assez vite, mais il faut toujours bien écouter son corps. Je n’avais pas arrêté de nager pendant ma grossesse et j’ ai repris la course et le vélo 2 semaines après l’accouchement.

Passes-tu beaucoup de temps à t’entrainer à l’intérieur? Computrainer, Tapis roulant etc…
Le moins possible, j’aime beaucoup mieux être dehors, mais l’hiver évidemment c’est le trainer et parfois le tapis roulant lorsqu’il fait des froids terribles.

Es-tu plutôt qualité que volume? Qualité. Pas le choix quand on est limité dans le temps.

Peux tu nous donner une idée du nombre d’heure et du kilométrage que tu fais?
Je ne calcule pas beaucoup tout cela. Environ 10 à 15 heures par semaine. En fait il faudrait demander à Charles Perreault qui me coache, c’est lui qui garde tous les plans. Mon kilomètrage est encore plus vague étant donné que je n’ai pas de speedomètre. Disons que je roule 3x dans la semaine environ 1h30-2h00-3h00. C’est pas mal ça 3 x dans les 3 sports par semaine.

J’ai appris que ton époux était qualifié pour Kona, est-ce  quelque chose que tu veux retenter prochainement (ironmans)? Kona pourrait –il devenir un objectif pour toi? J’ai fait Lake placid en 2007 pour essayer et malgré que je sois très fière de l’avoir fini et que j’ai aimé l’expérience je ne pense pas en refaire. J’aime beaucoup les 70.3 on peut être lavée et prête à dîner pour midi et je ne passe que le matin sans voir mes poules. En plus Kona c’est vraiment le dada de mon conjoint, je le supporte là-dedans.



WTC
C’est la première année que WTC impose à ses pros de payer pour sa carte et avoir accès à toutes les compétitions ironman et 70.3, cela a t-il changé quelque chose pour toi? Ça change que je dois payer le 750$. En 2008, je ne payais plus mes inscriptions après mon podium à Rhodes Island. Mais malgré cela je pense que c’est une bonne chose c’est plus juste pour tout le monde et si ils utilisent bien l’argent pour la lutte contre le dopage ça ne me dérange de payer pour cela.

En parlant de l’instauration du programme pour la lutte antidopage, as tu été testée cette année, quel est ton opinion la dessus. Je n’ai pas été testé encore cette année. J’ai été testé une fois à un championnat canadien de duathlon en 2004 je crois. Je suis évidemment contre le dopage, étant médecin je comprends bien les risques associés au dopage. Je ne me doperais jamais mais je peux comprendre que certains le font…la pression, le désir d’être le meilleur…j’espère que le triathlon ne deviendra pas comme le vélo, mais je crois sincèrement que non.

Les règles vont aussi changer pour la qualification pour Kona et Clearwater avec un système de classement, ton point de vue la dessus ?
Là je trouve qu’ils se compliquent un peu la vie avec tous ces points, mais j’imagine qu’ils s’assurent ainsi d’avoir vraiment les meilleurs athlètes.

Le triathlon au Québec.
Nous sommes très chanceux au Québec d’avoir des championnes comme Magali Tisseyre, Sam McGlone et toi, comment expliques tu le manque d’intérêts des médias traditionnels face à votre discipline. Bonne question…je ne sais pas quoi te répondre. Peut-être que si on courait avec un bâton de hockey ou un ballon de football on s’intéresserait plus à nous!

Ton sentiment sur cette situation? Je pense que les sports d’endurance gagnent en popularité et d’ici quelques années on peut espérer qu’on parle plus du triathlon dans les journaux. La venue de gros événements comme un ironman ou un 70.3 pourrait certainement aider à faire connaître notre sport.

As tu beaucoup de soutiens venant du Québec, peux tu nous parler de tes sponsors? J’ai des super sponsors cette année. Asics(Yves Simard) et Blueseventy(Mike Orton) sont avec moi depuis 2009 et ont continué à me supporter pour mon retour à la compétition et ce fut évidemment très apprécié. Felt (Bruno Warnotte de Spaso Sport) est un nouveau commanditaire et j’étais vraiment contente de rouler avec eux cette année. Kiwami (Olivier Mouyau) a pris une chance avec moi comme felt, je leur disais que j’allais revenir en force, mais rien n’était sûr. Il y a aussi Pascal Deslauriers propriétaire et Martin Wright mon mécano de la boutique vélozone à St-Jean qui sont toujours là quand mon vélo a besoin de soins, ils sont indispensables.

Annie sera a surveiller à Austin 70.3, sa dernière course de la saison.

7 commentaires
  1. Bravo Annie! Je suis tellement fière de toi. Ta persévérance et ta volonté de t’améliorer sont des qualités que Maggie et Léa pourront acquérir et un jour elles pourront réaliser leurs propres objectifs. Merde pour Austin!

  2. Bravo encore Annie ! Si je pouvais avoir seulement un centième de ton talent et de ta volonté… Encore un merde pour Austin. On va penser à toi toute la gang.
    Isa