Blogroll > les fameux faux débats de la course à pied.

Depuis quelques temps des débats perpétuels sur notre façon de courir remuent l’interweb. Cela a un impact sur l’industrie de la chaussure (fabricants et spécialistes). Pour résumer rapidement, on veut vous faire croire qu’il existe une foulée plus naturelle, que l’industrie vous fait courir avec de mauvaises chaussures… et qu’on doit courir uniquement sur l’avant du pied pour éviter les blessures… = acheter des chaussures avec une nouvelle technologie, suivre des séminaires comme le chi running, pose, natural etc…

Nous, on est d’accord que la course à pied est une technique, mais notre philosophie est assez simple, plus tu cours plus tu développes une technique, une cadence, une efficacité. C’est comme le golf, tu ne deviens pas un bon joueur avec la technique, mais avec la pratique. C’est comme cela que tu comprends l’importance de l’amplitude et de la souplesse d’un geste… Quand j’entends que vous devez réduire votre foulée pour augmenter votre cadence… je dis un gros ouffff! Surtout en tant que triathlète. Nous faisons tous du vélo, lorsque vous progresser en vélo sur la même vitesse, si vous êtes capable d’aller plus vite, c’est tout simplement parce que vous avez augmenter votre cadence! En course à pied, c’est exactement pareil. Plus tu cours, plus tu augmentes ta cadence (+ de pratique). Limiter sa foulée pour augmenter sa cadence, c’est comme retirer le grand plateau d’un vélo. Évidemment que tu ne te feras jamais mal aux jambes! vu que tu n’avanceras pas… Impossible de se blesser si tu ne prends pas de risques.

Speed= Stride Rate X Stride length
It’s simple. It warrants repeating. Through in Ground contact in and you’ve got a nice model….But I digress…

À lire sur le sujet, pour en finir une fois pour toute… 180 isn’t a magic number- Stride Rate and what it means, et Understanding Stride Rate. l’hauteur de cette article a récemment intégré le staff de coaching du projet Oregon (de Nike). Contrairement à la croyance populaire, la fréquence augmente en fonction de la vitesse sur des élites, elle est aussi influencé par les chaussures. Si vous ne me croyez pas, j’utilisais le pod de polar qui mesure justement la cadence. Sur un long jog, ma cadence est à 85 (trop lente) et en tempo-intervalle, je montais rapidement à 95. À vous de tirer les conclusions sur ceux qui vous donnent des exercices pour augmenter votre cadence sur des jogs.

Autre mythe, l’impact de la chaussure sur notre foulée et la fameuse importance du courir sur l’avant du pied. Le blog runmygeek a fait l’expérience très enrichissante. Courir avec différentes chaussures et remarquer la position du pied. Vous pouvez l’article Étude de l’influence de la chaussure sur la foulée. Elle confirme que des modèles plus léger et avec moins de talon entraineront une appuie plus sur l’avant du pied. Chose dont on est totalement d’accord chez les trimeux, d’ou notre utilisation pratiquement exclusive de la lunaracer et de la streak XC. Là ou je trouve l’étude particulièrement intéressante, c’est qu’elle démontre aussi que plus tu cours vites, plus tu cours sur l’avant du pied… magie magie!

Il y a plusieurs façons d’interpréter cela. Si tu cours sur le talon, c’est peut-être tout simplement parce que tu ne cours pas assez vite, ou que tu n’as pas développé assez ta technique en courant plus vite. La technique de course à pied est souvent un limiteur pour des coureurs tout simplement parce qu’ils ne font jamais de vrais intervalles. Cela est encore plus frappant chez les triathlètes de longues distances.

La question de tout ce débat ne devrait-elle pas être. Si les appuis s’adaptent en fonction de la vitesse… Si je cours inconsciemment plus sur le milieu du pied, voire même sur l’arrière du pied quand je cours a 4:20. Mon corps doit y trouver un certain confort. Peux-être que mon corps ne veut pas surtaxer les mollets pour rien?

Il y a le fameux blocage du genoux qui est quelque chose grandement exagéré. Courir légèrement sur l’arriere ne signifie pas qu’il y a un blocage obligatoire, sinon nous avons un sérieux problème avec nos meilleurs triathlètes. Mais cette fameuse douleur du genoux? Effectivement, elle peut venir de là. Mais encore une fois, il ne faut jamais oublier que les blessures viennent généralement d’un volume trop gros trop vite.

Si j’avais écouté, l’industrie, j’irai voir un physio, j’aurai des chaussures a 200$, j’aurai des semelles orthopédiques etc… des chaussures avec support etc… et dans la réalité, je cours avec des streak xc a tous les jours avec 0 support, je n’ai jamais vu de spécialistes (j’aimerai quand même en voir!), je n’ai pas de semelles etc… et je cours comme je veux. Et j’ai cette impression que plus je cours, plus je développe une technique. Courir souple et ample. L’importance d’un appui puissant. Ma cadence a augmenté sans artifice.

Il y a juste un principe qui est super important. Courir léger = limitation du mouvement vertical (oscillation) et ne pas faire d’overstriking. Le pied doit toucher à l’hauteur du bassin avec le tibia à 90 degrés.

Je vous recommande FORTEMENT de lire cet article, Loading Rate: Part 2: Forefoot, midfoot, rearfoot……..Who cares? Il prouve, justement que dans certain cas, un heelstriker à une force d’impact moins grande qu’un coureur sur l’avant. Tout cela confirme finalement pourquoi les kenyans ne courent pas leur marathon avec des chaussures sans dénivellations (talon).

As I stated above, I picked some outliers just to make a point. It is true that for MOST runners, adopting a midfoot or forefoot gait style will lead to decreased loading rates. However, its not because the foot lands differently, its because a rear-foot style typically allows you to land with the foot farther in front of the body’s center of mass (over-striding). Switching to a contact style that moves the foot closer to the body’s center of mass usually means that we land closer to the font of the foot. But not always. Let’s look at the elite runners to dig a bit deeper.

TOUT CELA POUR DIRE, pour que la chose la plus importante n’est pas comment tu touches le sol, mais ou!

Théoriquement avec cet article, je ne devrais plus jamais vous reparler du sujet… ahhhh

11 commentaires
    1. Salut Solarberg, tu as raison ses graphes semblent etre inversés a ce qu’on voit generalement… je suppose que le protocole est different… dans le sens a quel point le coureur court sur le talon ou sur l’avant. On peut se questionner sur les protocoles en général en fait.

      Je suppose.

      la premiere courbe correspond a un midfoot… donc les peaks sont en deux phases. L’avant du pied suivi par le talon.

      La deuxieme courbe correspond a un heel striker ‘harmonieux »… qui maitrise l’art de la transition talon avant je suppose. Il n’a pas la jambe tendu lors de l’impact. Donc cela fait du sens… et cela explique aussi pourquoi d’excellent coureurs comme Meb court de cette facon.

      Je suis pas mal en accord avec ce qu’il dit la. Moi, je crois qu’un forefoot a une plus grosse force d’impact qu’un leger heel striker…

      They look at a picture or video of a contact pattern of some guy running across the screen and say “wow – nice midfoot strike –that runner is efficient.” They don’t know who the runner is, or what his time was for the race. They just saw a foot strike and proclaimed him efficient. Then they’ll scroll down and see some picture or video of some guy heel striking and proclaim that he/she is an “in-efficient” runner based on the heel strike. This “in-efficient” runner might be an in-efficient runner. Or it might be Meb Keflezighi (a runner who is just a bit faster and more efficient and than most of your reading this post). You see, these arm chair-quarterbacks aren’t very good at identifying efficient gait. Fancy force plates are. I do this for a living and still need data from my lab to give me the answer because no one can actually see forces. So what have we learned from these fancy force plates? Its NOT rear-foot or midfoot or forefoot that matters – its where the foot contacts in relation to the body’s center of mass.

  1. Le plus important dans tout ce que Alexandre nous décrit, c’est d’éviter l’overstriking, qui se résume à déposer le pied en avant du centre de gravité. À cause de la direction des forces, ça impose à la jambe de résister au déplacement,(pendant le court instant que le centre de gravité met pour rattrapper et passer au dessus de l’appuis) ce qui diminue l’efficité mécanique du mouvement. En d’autres mots, ça gaspille de l’énergie et donc de la vitesse. (Et ça use les semelles inutilement en plus)

  2. L’auteur n’aborde pas la question de la force de l’impact dans son article. La fille développe 1200 N sur son mid foot et le gars 2000 N soi un impact plus élever de 66%.

    Oui, je me doute que la fille est plus legere mais je trouve la différence élevé tout de même.

    Quelqu’un a t-il une explication à fournir à ce sujet?

  3. Je dirais que d’avoir une chaussure légère et moins absorbante aide à mieux sentir le sol. Ainsi, peu importe la pose du pied, notre corps fera attention à ne pas être trop brusque et aura un bon feed-back du pied. Les graphs de loading rate… je ne sais pas quoi en penser, mais je suis pas certain que loading rate = blessures. Ou du moins, je n’Ai pas vu d’études qui montrent cela.

  4. Intervention du Blaise sur le sujet mais qui apparemment n’a pas été publiée :
    1. on s’améliore en courant… OK mais la courbe d’apprentissage ne serait-elle pas plus rapide si on te montre dès le début la bonne technique???
    pourquoi la course à pied est le SEUL sport que l’on apprend pas? (parce que pour le golf on met des heures et des heures à apprendre la gestuelle… il ne suffit pas de jouer).
    Parce que c’est naturel?… NON!!! c’est moins de 5 % de la population qui court et ce 5% court avec une interférence qui change la biomécanique : la chaussure moderne. Si tu cours depuis toujours.. surtout si tu cours pieds nus… OK, tu n’as pas besoin de ces conseils.

    2. Je suis d’accord que le 180 est un peu rigide… mais comment se fait-il que la majorité des athlètes de bon niveau sont tous au-dessus de 170 pas par minute même pour les jog… et plus de 180 pour les perf? Il y a plusieurs études qui justifient les cadences plus élevées pour performer et diminuer le stress sur le squelette (de 170 à 180 semble être très résonnable)… Et la seule raison d’avoir des cadences de 150 et moins (moyenne des coureurs récréatifs) c’est la chaussure moderne qui annule les sensations responsables des comportements de modération d’impact. Les populations pieds nus étudiées ont des cadence de 182 (moyenne)

    3. J’ai pas de problème avec les attaques talon « prorioceptives » (subtile)… c’est plus de la moitié des athlètes de perf qui le font…Jj’ai un problème avec le coureur récréatif qui attaque du talon, en avant de son centre de gravité, le genou en extension, avec une grande force d’impact et une phase de freinage… Mais pourquoi plus de 80% des coureurs pied nus attaquent de l’avant pied… même au jog lent!!!

    4. j’adore la fin de ton article et je suis pleinement d’accord à partir de « si j’avais écouté ». Cela dit, tu sembles donc prendre soin de certains apects techniques de ta foulée… et aussi faire partie du 5 % des personnes qui courent depuis assez longtemps pour ne plus avoir à se soucier de sa biomécanique… attention tous les coureurs ne sont pas comme toi…

    5. L’article sur le loading Rate est d’un de mes assistants dans les cours de 3 jours que je donne aux USA : Jay. Je suis bien d’accord mais il faut savoir qu’il existe tout de même une correlation chez le coureur récréatif entre la position du pied et l’endroit de la pose… il faudrait donc mettre en « souligné » le  » DANS CERTANS CAS » … attention à la désinformation. Les coureur pieds nus n’attaquent jamais trop loin en avant de leur centre de gravité!

    Désolé de te relancer mais je crois que la conversation n’est pas finie… 🙂
    Blaise Dubois
    Expert en prévention des blessure en course à pied
    http://www.lacliniqueducoureur.com

  5. « Je suis d’accord que le 180 est un peu rigide… mais comment se fait-il que la majorité des athlètes de bon niveau sont tous au-dessus de 170 pas par minute » : parce qu’ils courent à 20km/h, et que pour courir à cette allure, n’importe qui est obligé d’utiliser une cadence très élevée (la différence entre eux et nous, c’est qu’eux ils tiennent 42 km)

    « même pour les jog » : pour les échauffements, j’en ai vu beaucoup qui trottinent à moins de 10km/h avec des foulées de 30cm … « Il y a plusieurs études qui justifient les cadences plus élevées pour performer et diminuer le stress sur le squelette (de 170 à 180 semble être très résonnable)… Et la seule raison d’avoir des cadences de 150 et moins (moyenne des coureurs récréatifs) c’est la chaussure moderne qui annule les sensations responsables des comportements de modération d’impact. Les populations pieds nus étudiées ont des cadence de 182 (moyenne) » : si le but est de courir à 20km/h, il vaut mieux des foulées de 2m ou 2,20m à 180bpm, plutôt que des foulées de 3m à 150bpm, ça c’est sûr ! Mais je ne vois pas pourquoi un coureur à 13km/h devrait s’embêter à courir à 180bpm avec des foulées d’1m quant il court habituellement à 160bpm avec 1,20m de foulée ! S’il peut passer à 170bpm sans rétrecir sa foulée, en travaillant, ok (dans ce cas il améliorera sa vitesse), mais sinon çe ne lui servira pas à grand chose…