1er novembre = remise des comptes à Zéro/Nouvelle tendance en sport

Badaboom, c’est le 1er novembre aujourd’hui et cela signifie qu’ il en est terminé des soirées à regarder la télé sans rien faire! C’est le moment de retrouver sa « Pain Cave » afin de recommencer à inonder son plancher de sueur, à regarder la télé sans rien comprendre parce que vous êtes trop concentré à dissiper votre douleur. Les compteurs sont remis à Zéro. Ceux qui sont mes (vrai/faux) amis sur Facebook auront la chance de voir mes entrainements. Ce n’est pas par narcissisme, mais plus dans le but d’être transparent. En espérant être capable de récupérer mon niveau de 2010, certains pourront voir ce que cela prend. D’ailleurs je vous encourage à suivre Patrice Hamelin qui est un exemple à suivre dans la matière. Si cela peut casser cette fameuse culture du secret et du non partage dont nous avons horreur chez Trimes.org.

+++++

Comme vous le savez déjà, Trimes n’est pas considéré comme un média et c’est pour cela que nous pouvons vous annoncer, que le thème de l’année sera LA RÉCUPÉRATION. Après, la cadence, les chaussures minimales, tout semble indiquer que trop d’articles vous diront qu’il faut s’entrainer moins pour vous aller plus vite.

Matt Dixon, l’entraineur et conseiller d’un grand nombre de pros comme Chris Lieto ou Ryan Hall parle beaucoup sur cet aspect, en fait, il en a fait une marque de commerce. C’est sa distinction à lui et sa façon de se vendre. Le problème est qu’il est difficile de savoir si son raisonnement est valable. Il a déjà ses détracteurs.

En fait, un peu comme la cadence ou les chaussures minimales, tout le monde va acheter cette idée et quelques mois plus tard, on va se rendre compte que tout le monde fait cela et il y aura une fraction de cette théorie qui sera a exécuter et dont certains pourront dire qu’ils ont toujours fait. Soit inclure de l’intensité dans tout leur entrainement. Exemple parfait, au lieu de faire une longue sortie, toujours inclure des « race-paces ».

Je vous encourage à lire Sami Inkinen, il vient de gagner son AG à Las Vegas et second à Kona AG. ET IL DIT avoir fait tout cela avec seulement 12h par semaine. C’est à lire avec intérêt sachant que selon Ironman, une personne qui fait Kona en AG s’entraine entre 20 et 25h par semaine.

Technologies pour mesurer la fatigue chez un athlète

D’ailleurs, nous ne sommes pas insensibles à ces propos. On veut évaluer. D’ailleurs Trimes.org vous présentera prochainement des essais d’appareils qui visent à mesurer votre niveau de fatigue. Restwise et Ithlete sont les deux technologies qui tentent de mieux quantifier une donnée qui vaut de l’or.

Restwise

Ithlete

26 commentaires
  1. Alex, tu sembles encore tomber dans l’excès du matériel. Mesurer son pouls au repos? Ce regardé dans le miroir? Feeling de fatigue? T’as besoins d’une machine pour te dire que tu es fatigué?
    Non ce n’est pas le temps de faire des marres de sueurs sous son bike, on est le 1er Novembre. Ce n’est pas non plus le temps de sortir son chrono, ni son powermeter, ni son GPS et autres gugusses. C’est le temps de construire l’endurance fondamentale, de sortir faire du jogging dans le bois en jasant avec sa blonde, de sortir le bike de temps en temps (cyclocross/bike de montagne?) mais juste si ça nous tente et de faire un peu de technique à basse intensité dans l’eau, sans ce prendre la tête avec ça. Un peu de stretching- travail de stabilité et flexibilité?
    Célèbre dont le « off-season » encore un peu! C’est encore l’heure de ramasser des « air lousse » pour la saison qui vient aussi…

    1. Max, ce que je veux dire… c’est le retour a etre actif. Pour les pseudos gadgets, selon eux, on n’est pas capable de vraiment connaitre notre état parce qu’il y a des facteurs objectifs et subjectifs.

      Et comme je disais, on fait une évaluation des trucs. Le seul truc que l’on sait, c’est qu’on connait un groupe qui utilise ithlete (basé sur ton HRv) et qui adorre. Et beaucoup recommande restwise aussi. Donc on va voir. C’est justement, un peu plus fiable et moins fastidieux que prendre son pouls le matin.

      Et c’est exactement comme les chaussures minimales, y a du bon et du mauvais la dedans.

    2. There is no « off season ». Races are won in the winter, on the trainer and in the pain cave.

      Aussi, quand tu t’entraines de façon aléatoire, 8-10 heures semaines, pendant 3-5 mois de l’année, tu n’as pas besoin d’une « saison de repos ». Ça, c’est une devise pour les gens qui ont besion de passer du temps avec leur blonde/chums/enfants/carrières.

      Ceux qui ont réellement « besoin » d’une saison de repos sont ceux qui font de l’intensité, 25-35 heures semaines, pendant 10 mois sur 12, année après année.

      1. Justement, on est pas encore en hiver.
        Moi je m’entraine pas 25-35h par semaine en intensité et je sens quand même le besoin d’un off season, pas du tout physiquement mais plus psychologiquement. Chacun son truc.
        Moi en tout cas jusqu’en janvier je vais continuer de regarder la tv en me grattant les couilles, passer du temps avec ma blonde pis faire du sport juste quand ça me tente.

        Sinon pour en revenir au sujet de l’article, j’ai hâte de lire les reviews, j’ai regardé la vidéo et ça m’a l’air un peu simpliste quand même, indiquer sur une échelle si on se sent bien ou pas, si on plus faim que d’habitude ou pas, il me semble comme Max Labrie que c’est tout un tas de paramètres qu’on peut prendre en compte soi-même pour quantifier la fatique, je m’attendais à quelque chose de plus avancé, on verra..

        1. C’est qui étonnant de restwise, c’est qu’il avoue etre juste indice et non un systeme qui te dit de t’entrainer plus ou moins.

          Pour le off saison. Tout depend de la saison de chacun! Aussi, le plus important, c’est que chacun y trouve son compte. Je veux dire par la, que si quelqu’un aime courir et qu’il aime pas passer son temps a regarder la télé et qu’il préfère courir. L’importance c’est de se faire plaisir.

        2. Bel article Alex. J’ai hâte de lire la suite!

          @Ced, @Max
          Pour ce que ça vaut (ce n’est que mon point de vue après tout, un qui en vaut un autre, sans plus), 3 choses:
          – La périodisation classique (base then speed) peut s’appliquer à 0, 1, 2 ou encore toutes les disciplines composant le triathlon
          – Si on choisit cette approche, il n’est pas nécessaire de l’appliquer (comme Max le suggère) aux 3 disciplines
          – Les principaux bienfaits d’une phase prolongée de récupération, comme Ced le mentionne, se situe principalement au niveau psychologique. Physiologiquement parlant, ces pauses ne sont aucunement requises. Une simple diminution de la charge de travail suffit généralement pour permettre une récupération (active) complète.

          Finalement, c’est sûr que ça dépend des objectifs de chacun et de l’importance que revêt la haute performance (propre à chacun bien sûr), mais de mon point de vue, comme coach qui s’intéresse à la haute performance (sans dénigrer le participatif), je suis entièrement en accord avec Alexandre Michel. Les races se gagnent (ou se perdent) l’hiver. Carrément.

          Charles

          1. Hey Charles,

            Je vais devoir changer mes habitudes et toucher à mon vélo entre décembre et mars… Tu dois cesser de donner des conseils à tout le monde, tu augmentes ma charge d’entraînement par le fait même…LOL!!!

          1. Vraiment savoureux comme article! Un passage en particulier saute aux yeux (du moins, les miens) :

            « Athletes learn to be weaker rather than stronger in the face of continued exercise stress and overtraining symptom emphasis. »

  2. Physiquement, le off season nous permet de prendre quelques lbs pour nous aider à passer l’hiver bien au chaud 🙂

  3. Perso, c’est focus renforcement musculaire et travail zone 1. Aussi, comme Marc-Antoine, mettre quelques livres pour passer l’hiver au chaud!

    1. Vous excuserez mon désaccord complet, mais mon 10 Km en bas de 35 minutes, il ne me tombera pas du ciel au printemps avec du renforcement musculaire et du travail en zone 1.

      Cet objectif, je vais l’atteindre en PERDANT 3-4 kilo et avec des séances de tapis 10 x 3,5 minutes à 3:15 min/Km (ou jusqu’à ce que je me fasse pitcher en bas du tapis, dans une flaque de sueur et d’acide lactique).

      Je ne dis pas ça pour donner l’impression d’en avoir une plus grosse. Je dis ça pcq c’est le type d’entrainement qui va me faire atteindre mon objectif au mois d’avril.

      Les jours de travail de 12 heures, les obligations familiales, les maladies, les blessures, les voyages, tout ça c’est du « off season » involontaire auquel je dois déjà me butter.

      Si je n’ai que 8-10 heures par semaine pour HTFU, c’est clair que je ne le passe pas en Zone 1.

      1. Excellent, c’est EXCELLENT!!!
        «Si je n’ai que 8-10 heures par semaine pour HTFU, c’est clair que je ne le passe pas en Zone 1.»

        THAT’S THE SPIRIT!

      2. @Alexandre Michel
        Entièrement en accord avec toi.

        @Simon
        Ouin je sais… « Moé pis ma grand yeule » (Fred Cailloux)

      3. Le printemps, c’est dans combien de mois encore? Je ne dis pas de rien faire (et uniquement du Z1) de tous l’hiver! Mais LÀ LÀ LÀ en ce moment, c’est trop tôt selon moi.

        Je pense qu’il est important de faire une coupure à la fin de la saison, même si tu n’es pas Alister Brownlee. Ça permet de refaire le plein d’énergie et de retrouver la petite flamme en dedans qui te pousse à te déchirer le reste de l’année.

        Envoye sur ton TACX/tapis pour faire des marres de sueurs, il reste juste 291 jours avant Tremblant!

        La réalité, c’est qu’en étant trop enthousiaste trop tôt (comme maintenant), tu risques de ne pas te rendre à ta saison de course, sois blessé/écœuré/sur le bord de petter. Une saison remplie de déception, ça te dis quelque chose?

        Personnellement j’ai absolument aucun problème d’avoir une PAM (30w-3min) de 260? watts en ce moment, car je sais pertinemment bien que je vais retrouver la forme et faire +400 lorsque ce sera le temps. Mais pas là… parce que là je prends sa cool et je me bâtis une bonne base. Un peu de muscu, du travail technique et bein bein du fun. On serra les dents lorsque ce sera le temps!

        1. Oui, mon premier 10 Km de 2012 est dans 4 mois. Mais c’est dans 4 mois que veux ê à mon PEAK de CAP. Et un programme qui me permet d’enlever 1 minute à mon PB, il s’étale sur combien de mois? Et bien il s’étale sur 4 mois! Alors, les balades main dans la main sur le chemin Olmstead sont déjà fini depuis un bail.

          « en étant trop enthousiaste trop tôt » ça varie en fonction de tes objectifs. Si tes objectifs sont un sub 35 minutes pour un 10Km en Mars et un sub 2 heures pour un Olympique en juin, alors NON, ce n’est pas le temps de se la couler douce.

        2. Max, j’ai eu une meilleure saison en 2010 justement parce que j’avais travaillé plus fort durant l’hiver 2009-2010. À l’hiver 2010-2011, je m’étais justement dit de prendre plus de temps relax, puis… À chaque course je me suis senti court.

          1. Alex, je ne dis pas de ne pas travailler fort pendant l’hiver voyons! Mais en ce moment (et pour encore quelques semaines), je ne crois pas que ce soit le festival de la flaque de sueur. Très courte intensité, travail explosifs, et surtout faire du renforcement. La plus longue intensité que j’ai faite pour le moment est un 25m ALL OUT, et quelques accélérations en CAP. Rien pour inonder mon appart!
            Oui il faut travailler fort, mais je veux construire de la vitesse (pas soutenue) avant de faire de la distance; en commençant par la préparation de base.
            Et il ne faut pas généraliser ta saison par l’effort que tu as faits, je crois que tu as également totalement arrêté d’aller courir à l’extérieur? Est-ce qu’il y a d’autres facteurs qui ont pu affectés ta saison?

  4. Perso, je prends toujours 2 mois de récup car psychologiquement je suis cuit à la fin des saisons.
    J’ai repris exactement hier tout en souplesse, je pense continuer comme ça encore 2 semaines histoire de reconstruire un peu les muscles et après, on attaquera les séances de fractionnées 1/discipline/semaine.
    Chacun fonctionne différemment à chacun de trouver la bonne formule.
    Mais ce que j’ai appris de ma petite expérience, et comme le dise certains, c’est le travail hivernal qui donne les meilleurs résultats en période estival.

  5. Selon moi il est déjà temps de commencer à préparer la prochaine saison. L’entraînement structuré n’est peut-être pas nécessaire mais la période de repos est définitivement terminée.

    La clé du succès n’est pas d’être capable de faire des semaines de 20 heures pendant quelques semaines durant l’été. Il est plus important de miser sur des semaines de 10 heures pendant 50 semaines de l’année et d’augmenter lorsque nécessaire dépendant de notre course importante. Profitez de ce moment de la saison pour faire des sprints en piscine, du fartleck à la course, etc.