Jean-Philippe Thibodeau se fait trimer > Il y a une vie après l’ITU

Le Québec a toujours eu un bassin de jeunes très prometteurs, malheureusement, lorsqu’ils semblent avoir atteint un certain plateau en ITU, ils ont tendance à abandonner le sport. Cela n’a pas été le cas pour Jean-Philippe Thibodeau qui en échangeant l’ITU au 70.3/Xterra a retrouvé sa passion pour le triathlon. Nous avons voulu en savoir plus sur sa transition. 

2012 a été une année de changement pour toi, tu as décidé d’arrêter l’aventure ITU, peux-tu nous dire ce qui t’as poussé à faire ce choix.

Je n’ai jamais vraiment apprécié le format des courses ITU (et tout le monde proche de moi vous le dira) pour quelques raisons. Premièrement, tu n’as pas le droit à l’erreur. Pour plusieurs personnes ce n’est pas un obstacle, mais pour moi il est gros. Je suis souvent dans la lune ou je perds le momentum souvent et en ITU, cela ne pardonne pas. Une erreur dans la transition et tu rate le peloton, mauvaise natation, tu rate le peloton, et quand tu rate le pack, au Québec ou en Panam, tu ne  reviens malheureusement pas dedans. Également, j’ai commencé le triathlon parce que je commençais à être tanné de nager. L’été, il n’y a pas de problème puisque je prends un plaisir fou à nager en eau libre. Par contre, le temps à passer dans l’eau pour performer en ITU est trop important par rapport à celui passer en bike ou en course.

En Xterra ou en long, une erreur est pardonnable et le temps dans l’eau est … qu’elle temps dans l’eau!! Bref, je ne suis pas un gars de pression et je trouve que l’ambiance dans la longue distance est beaucoup plus ‘’chill’’ qu’en ITU ou l’esprit de compétition règne. Pour dire la vérité, j’ai fait trois ans en ITU et c’est la première année que j’ai du plaisir fou à racer et j’ai même hâte à la prochaine saison! Croyez-le ou pas!

Tu as fait ce choix à un temps ou beaucoup de nos jeunes ont tendances à abandonner le sport. Même si tu as fait la transition, avais-tu pensé à tout arrêter?

Oui! J’aimais m’entrainer pour le triathlon, mais pas racer ITU. Donc l’envie de continuer était plus ou moins grande. Heureusement pour moi, l’année passée en vacances à Whistler et j’ai décidé d’essayer un Xterra et je suis tombé en amour! J’ai eu de la misère à me motiver l’hiver dernier, mais avec l’été de plaisir que j’ai eu, je crois que cette hiver sera riche en motivation. Plusieurs raisons extérieures pouvaient me pousser à abandonner, comme mon âge et mes études. J’ai pris mes études à la légère les dernières années et je croyais que c’était à cause du triathlon et des heures d’entrainement. En réalité, je n’étais tout simplement pas dans le bon domaine, tous se place présentement pour moi, j’ai trouvé mon sport et même mes études!

On sait que tu es très critique face à la dynamique de course en ITU, mais cela semble être en train de changer non?

Je trouve aussi que les courses ITU deviennent de plus en plus excitantes avec plus d’action que jamais sur le vélo! Reste qu’il faut quand même accéder à un certain niveau avant de pouvoir voir ce type de course.

Mont-Tremblant 70.3 a été ta première course PRO, peux-tu nous parler de ton expérience.

Pour être plus précis, Tremblant 70.3 était mon deuxième demi-ironman et comme la première fois, j’ai adoré mon expérience. À la grosser différence que pour mon deuxième, j’étais PRO!

Je suis sortie 2ieme de l’eau mais surtout premier québécois pour un premier évènement de ce type au Québec! Je ne savais pas qu’autant de personnes connaissaient mon nom! Encore une fois, pour le vélo, je n’ai pas été super, mais j’ai su tirer une bonne performance qui m’a permis d’être 6ieme off-the-bike et 2ieme québécois. Après 4km j’ai pu dépasser J-F Perron qui marchait assez rapidement!

Encore une fois j’ai été agréablement surpris d’être autant encouragé tous le long de la course. Cette course fut un très bonne expérience pour moi, mais elle m’a surtout montré que je pouvais courser PRO, et que si j’étais sérieux à l’entrainement, je pourrais être solide un jour.

C’est une question conne, mais rien ne t’imposait de courir pro, tu aurais pu courser groupe d’âge et aller chercher un podium à Vegas et Maui, pourquoi as-tu fais ce choix?

Mon objectif est de prendre de l’expérience dans ce que je veux faire plus tard. Je veux courser pro et être de calibre. Les avis sont partagés, mais de mon point de vue, courser groupe d’âge n’est pas nécessairement le meilleur choix dans l’optique d’être pro.

Faire un podium au ‘’Championnat du monde’’ groupe d’âge ou finir 6 ieme à tremblant, cela ne change rien pour moi, au final je regarde toujours le classement général. Je préfère dire que je suis pro et finir 25ieme ou 6ieme, que de finir 1er dans ma catégorie d’âge où tous les bons sont PRO.

Qu’est-ce qui t’as surpris durant ce type d’effort?

Se déplier d’une position de contre-la-montre après 90km de vélo pour aller courir un demi-marathon? Le feeling dans les jambes est vraiment impressionnant, difficile à se prononcer puisque c’est autant désagréable qu’amusant. J’aimerais féliciter ceux qui font des Ironman. Chapeau.

Comment as tu adapté ton entrainement our cette distance?

Premièrement, j’ai diminué mon kilométrage de natation et de beaucoup (yeah!) et j’ai augmenté les entrainements de vélo.

L’Intensité a diminué pour faire place à plus de millage ou de tempo autant à la course qu’au vélo. J’ai également opté pour une stratégie différente cette été qui a été de faire beaucoup de courses (raid, vélo de montagne, course à pied, triathlon ou encore course en sentier) ce qui m’a permis de faire mon d’entrainement d’intensité. Grosse intensité la fin de semaine maintient à semaine avec quelques entrainements clefs.

Tout semble indiqué que tu es plus disposé à la longue distance que l’ITU, comment l’expliques-tu?

Pour être honnête, je ne sais pas. Si on me donnait le choix j’aurais avant tout voulu être performant en ITU puisque je nage bien et que je cours bien. Mais le volume de natation est tout simplement trop imposant alors je préfère me faire croire que j’ai un meilleur potentiel dans la longue distance.

Tu t’entraines avec le Rouge et OR, peux-tu nous expliquer ton expérience avec le groupe qui est principalement axé sur l’ITU, puisque les meilleurs espoirs québécois sont présentement là. As-tu l’impression que tes entrainements sont encore compatibles avec eux.

Non. Même si j’étais à l’entrainement à la même heure, lorsqu’il y avait intensité, j’avais un entrainement  différent. Je n’étais pas seul à m’accoter mais rarement plus que une autre personne faisait le même set. Je me suis entrainé seul presque tous l’été.

Il a fallu me trouver des partenaires d’entrainement autre qu’en triathlon (cyclistes et coureurs), j’ai la chance à Québec d’être entouré de très bons athlètes. D’ailleurs, l’arrivé de Charles Perreault a Québec (autant en tant que coach que athlète) va aider à développer un groupe longue distance élite, ce qui est présentement absent.

(Charles tu es dans le caca, j’ai de grosse ambition envers toi)

Même si tu as eu une saison prometteuse, ton vélo est présentement ton point faible, tu as pourtant décidé de continuer à être actif en XTerra alors que c’est un sport qui valorise beaucoup les meilleurs en vélo, pourquoi?

Bien que le vélo soit mon sport faible, je m’amuse d’avantage sur un vélo de montagne. Il est important à dire que j’ai fait deux fois plus de millage cet été que les autres années et je suis à 6500km environ. Les 3 premières années que j’ai fait du tri, quand je touchais le 3000km c’était bon et avant cela, j’en avais jamais fait!

Je vais toujours me souvenir ma première année à me faire larguer par Manon et Evelyne durant les « easy ride »… Pour ce qui est du vélo de montagne, ce sport m’a toujours fasciné, je ne sais trop pourquoi. Mais j’ai commencé l’été dernier et ma progression est énorme et elle n’est pas terminée. Mon objectif est de devenir un puissant cycliste d’ici 2-3ans. Je crois que vue le millage que j’ai en background et comment je me débrouille en bike, je peux aller chercher beaucoup de watts.

Pour ce qui est du Xterra, j’aime la douleur de ce sport et la longueur, entre un olympique et un demi-ironman en temps mais pourtant, selon moi, plus douloureux qu’un 70,3. J’ai toujours aimé me salir et courir dans le bois

Peux-tu nous parler de ton expérience pour MAUI

J’ai mis sur le blog de specialized Québec un race report de ma course! Mais en gros, je dois avouer être déçu du résultat finale, je m’étais fixé un objectif secret de faire un top 20. Par contre, j’ai fait le plein d’expérience!

J’ai coursé contre les meilleurs triathlètes au monde, dont les meilleurs en ITU ( Javiez Gomez, Tim Don et Brent McMahon notamment) et également en Ironman et Demi-Ironman (Sebastien Kienle, Eneko Llanos) sans oublier les stars du X-terra tels que Josiah Middaugh ou encore Conrald Stoltz. Tout cela n’a pas de prix!

Également, en coursant à Hawaii, j’ai appris de mes erreurs et je reviendrai plus fort dans quelques années. Je tiens aussi à mentionner que j’étais le plus jeune pro sur la ligne de départ, c’est pas rien ça!

J’imagine que tu dois avoir une grande satisfaction d’avoir battu tous les AG et femmes.

Ma grande peur était de ne pas être de calibre pour racer pro. Je ne suis pas dans les meilleurs, mais j’ai ma place quand même parmi eux, autant en XTerra que 70.3! (Je dois avouer que deux groupes d’âges mon battu..)

Objectifs 2013?

Cela va dépendre de mon vélo. Je ne crois pas retourner dans de trop grosses courses si je ne pousse pas plus fort sur les pédales. Si je progresse et que j’ai les moyens pour voyager un peu, (parce que faire du triathlon sa coute chère en matériel, mais aussi en frais de voyage!), j’aimerais retourner au mondiaux ITU de cross triathlon et faire les championnats Canadien de XTerra.

La priorité reste les camps d’entrainement, donc si je n’ai pas les moyens de faire ces deux courses, je me concentrerai sur Tremblant 70.3 et autres 70.3. Je suis encore en réflexion. Un gros merci à mon père Guy Thibodeau de me permettre de courser et d’avoir du matériel de luxe pour courser.

Est-ce que tu veux ajouter quelques choses?

Il faut bien rêver dans la vie, je voudrais à 26 ans gagner la bourse Hawaïennes Airlines pour le meilleur résultat par temps Ironman(KONA)/X-terra (MAUI) PRO. (Il faut bien rêver dans la vie)

4 commentaires
  1. Et moi je suis déjà arrivé JP! Ça me prends un guide tourisitique car j’suis déjà tanné de faire des tours de l’île d’Orléans. J’ai bien hâte d’aller rouler avec toi… j’ai comme dans l’idée que tu est aussi fou qu’Alex Day…