Ce que nous avons appris > Kona 2013, une course atypique.

Premièrement, il est difficile de ne pas parler de la mauvaise qualité de la retransmission. Très peu de variété  dans les plans, une seule caméra par genre. À la fin du compte, on a l’impression de n’avoir rien compris de la course et d’avoir surtout réussi à déchiffrer la course à partir des différents compte twitter. Est-ce qu’on a réellement vu des moments magiques comme Kienle qui passe le « Kona train » constitué de 20 athlètes en 3 minutes, non! Est-ce qu’on a vu des athlètes en agonie durant le marathon…

Bref, on se dit que notre sport est de plus en plus malade si on continue à accepter cette régression médiatique parce que oui, les diffusions de l’avant Messik (CEO Ironman) étaient nettement meilleur. Le succès des courses M Dot venait grandement de leurs webdiffusions. Je me rappelle avoir regardé par curiosité Lake Placid. Toutes ces courses n’ont plus vraiment de couverture, on pensait que Kona était intouchable et pourtant pendant que la course se décidait…. on me montrait un robot ménager aux couleurs Ironman, où l’un de ces pros engagés par la WTC pour commenter la course devait nous convaincre de sa nécessité. Un info-commercial sportif?

++++++++++++

Deuxièmement. Ceci est majeur mais Mirinda Carfrae enregistre tout simplement un meilleur temps dans son marathon que le gagnant masculin, soit Luc Frederik Van Vierde. Cet aspect risque de faire parler…

+++++++++++

La course prévisible imprévisible?
On avait imaginé plusieurs scénarios. Il en demeure qu’on savait que Starykowicz allait sans aucun doute durcir le vélo à un point tel que les favoris allaient rapidement être isolés et ne pourraient résister au rythme du train.

Mais avant, revenons à la natation. La première grande surprise a été le retrait de dernière minute d’Andy Potts. Il trainait une blessure à un nerf depuis Las Vegas. Ironiquement, le fait qu’il ne soit pas là à peut être complètement chamboulé la course. On s’attendait à voir une sélection dans l’eau. Avec l’absence du poisson pilote habituel dans l’eau, personne n’a vraiment voulu dicter le rythme. C’est finalement le tenant du titre soit Pete Jacobs qui s’y est collé. Dans l’opération, il ne profite pas du sillonage d’un groupe et par ce fait, puise déjà dans ses réserves.

Alors que le record est de 46 minutes, il faudra 51 minutes pour compléter le 3.8km dans l’eau. À la fin du compte, on se retrouve dans une natation pas si sélective qui permettra à une vingtaine d’athlète de prendre leur billet pour le Kona Train. Tous les favoris sont là et surtout Kienle ne perd que 3 minutes dans l’opération, lui permettant donc de revenir plus rapidement sur eux.

Comme prévu, Starykowicz prend très rapidement la tête et surtout attaque le vélo à un point tel que Kienle est tenu à distance et que le train perd très rapidement 2 minutes. Évidemment, à cette vitesse, certains sont pris de panique et on voit le Kona Train imposer un rythme sans regarder sa consommation d’essence.

À ce jeux là, même si ils demeurent nombreux à rester à bord, le rythme place forcément des athlèts à court de carburant.

Généralement, le vélo est un effort degressif. La première heure est proche du 85% (FTP) et l’effort est dégressif. On parle de 83% pour les 90km aller et 78% pour le retour.

Avec un Starykowicz lancé dans un rythme individuel, il a souhaité courir comme un athlète lambda en ignorant la dynamique de course. Il s’applique à aller chercher le record du vélo et se met dans un effort régulier.

En fin de compte, il échouera de 4 minutes. Pourtant, les conditions étaient parfaites.

À ce jeux. il emmène avec lui Luke McKenzie http://tpks.ws/fKk6. L’australien semble avoir justement profité de cet effort régulier.

 

Il est sans aucun doute la plus grande surprise de l’édition 2013. Il est désormais en droit de croire en ses chances pour l’année prochaine puisque son marathon en 2:57 lui donne une bonne marge de progression.

Il maintient un effort à 82% tout le long.

Dans le cas de Craig Alexander http://tpks.ws/4nLS, son fichier est clair. Il craque totalement et est incapable de tenir 220w dans la dernière heure.

Pour Pete Jacobs http://tpks.ws/5rAu, il craque encore plus rapidement. 239w pour la deuxième partie. Fait intéressant, il avait enregistré une moyenne à 4w par kilo en 2012 et seulement 3.7w par kilo en 2013. Il serait facile de croire qu’il n’avait pas la même forme cette année. On doit avant tout ce questionner si la dynamique de course ne l’a pas tout simplement éliminé.

Cette année, on ne peut pas dire que des athlètes aient attendu pour attaquer, c’était avant tout une course à l’usure. Rapidement le train qui était de 20 au départ a fini par perdre ses passagers et la sortie a été plutôt violente. Les écarts se sont très rapidement creusés dans les 30 derniers kilomètre.

Et Kienle? Avant tout, il n’a pas eu la saison espérée. Même si Las Vegas lui permettait de renouer avec la victoire cette saison. Il n’a pas été en mesure d’avoir son volume habituelle et l’ironman ne pardonne pas.

Comme nous l’avions annoncé, avec la réglementation actuelle qui n’impose plus à celui que vous dépassez à ralentir dés que votre roue avant le dépasse, vous ne pouvez plus dépassez un à un. Si tous les athlètes sont à la distance de 12m, vous devez tous les dépasser.

Dans le cas de Kienle, cela signifie qu’il devait dépasser les 20 athlètes afin de pouvoir s’en détacher. Il a du faire un effort intense de 3 minutes pour faire cette opération (enfin, on imagine, puisque la WTC a omis de nous le montrer….). On peut donc se questionner si cet événement ne l’a pas entamé puisqu’après avoir pris la tête, il s’est finalement fait distancer dans les derniers kilomètres pour reperdre 3 minutes.

Pour ceux qui connaissent le panache de l’allemand, ceci était le premier indice.

Et en arrière? Pendant longtemps, Llanos, Docherty, Bracht, Crowie ont tenu bon. On a vraiment cru à cette fameuse alliance entre coureurs dit « complet ». Mais, leur zone de confort s’est envolée.

Ironiquement, on a eu cette impression de déjà vu avec les Brownlees qui s’assurent de rendre le vélo le plus dur possible pour s’assurer d’éléminer les meilleurs coureurs.

À ce jeux, on savait que Luc Van Vierde avait un talent certain en vélo tout en ayant une capacité à courir un marathon en dessous les 2:50.

Même si Starykowicz pause le vélo en première position, il vient aussi de prouver qu’il ne gagnera jamais Kona. En courant son marathon en 3:25, il n’a même pas été en mesure de tenir une bonne vitesse dans les premiers kilomètres. À la fin, certains doivent regretter de s’être inquiété par sa faute.

Et Pete Jacobs? On a beaucoup aimé le voir agir comme le boss. Prenant le volant durant la natation et le vélo. On a d’ailleurs cru qu’il allait nous faire une brownlee et atomiser la course et pourtant, comme mentionné plus tôt, il explose après à peine 90km et n’est pas l’ombre de lui même pendant la course à pied courant un inhabituelle 3:30!

Comme vous devez le savoir déjà, dans cette sélection animée par Starykowicz, c’est Van Lierde qui remporte la couronne.

Encore une fois, les médias avaient tendance à croire qu’on allait voir des temps de marathon très proches des 2:40 avec le talent des coureurs comme Raelert, Crowie, Docherty, Llanos et pourtant aucun des favoris n’a été en mesure de courir correctement et en mesure de casser les 3h!

Faves First Name Last Name Rank Swim Bike Run Finish
Frederik Van Lierde
1
00:51:02
04:25:37
02:51:18
08:12:29
Luke McKenzie
2
00:51:17
04:22:27
02:57:20
08:15:19
Sebastian Kienle
3
00:54:13
04:22:35
02:58:38
08:19:24
James Cunnama
4
00:51:13
04:34:22
02:52:39
08:21:46
Tim O’Donnell
5
00:51:04
04:35:39
02:51:07
08:22:25
Ivan Rana
6
00:51:06
04:40:36
02:47:54
08:23:43
Tyler Butterfield
7
00:51:24
04:30:12
02:58:22
08:24:09
Bart Aernouts
8
00:57:26
04:39:48
02:44:03
08:25:38
Timo Bracht
9
00:51:21
04:34:47
02:56:07
08:26:32
Faris Al-Sultan
10
00:51:19
04:29:58
03:05:46
08:31:13
Eneko Llanos
11
00:51:28
04:34:44
03:01:49
08:32:04
Cyril Viennot
12
00:54:13
04:38:17
02:56:47
08:33:12
Igor Amorelli
13
00:51:02
04:35:16
03:04:11
08:34:59
Christian Ritter
14
00:51:08
04:44:35
02:55:39
08:35:23
Ben Hoffman
15
00:51:12
04:40:31
03:00:28
08:36:25
Kyle Buckingham
16
00:56:09
04:40:07
02:56:48
08:37:26
Marko Albert
17
00:51:02
04:43:42
02:58:43
08:37:44
Paul Amey
18
00:54:10
04:45:43
02:55:17
08:39:20
Matthew Russell
19
01:04:12
04:38:25
02:52:58
08:39:59
Christian Mueller
20
01:01:53
04:34:39
02:59:16
08:41:22
Andrew Starykowicz
21
00:51:07
04:21:53
03:25:34
08:43:00
Tj Tollakson
22
00:53:41
04:38:02
03:07:24
08:43:56
Craig Alexander
23
00:51:14
04:40:38
03:07:49
08:43:59

Évidemment, Ironman n’a même pas été en mesure de montrer l’arrivée de Craig Alexander. Elle avait pourtant une grande signification puisque nous sommes en droit de se questionner si cela n’était pas tout simplement sa dernière course.

On doit se rappeler qu’après sa victoire de 2011, il voulait arréter sur cette bonne note. Puis Lance Armstrong est venu le hanter

Dans la même voiture, il existe quelques voix qui annoncent la fin pour Raelert.

D’ailleurs avec un top 10 très surprenant, sans Llanos, Jacobs, Crowie, Raelert, on peut se questionner sur l’impact que cela aura sur la qualification pour 2014. Le système étant fait pour favoriser ceux qui font un bon résultat à Kona, un Llanos devra faire des heures supplémentaires afin de se qualifier pour Kona. On peut se demander si cela ne pourrait pas les encourager à tout quitter pour Challenge.

Et la France? Cyril Viennot vient chercher la 12e place. Visiblement déçu, malheureusement, il est victime de la dynamique de course avec des écarts trop prononcés en T2.

Le split le plus rapide du marathon est celui du belge Aernouts avec 2:44. Il continue sa progression à Kona passant de 11 en 2012 à 2013. Un autre athlète en nette progression est Tim O’Donnell qui prend la 5e place. Ce sont généralement ces athlètes qui sont en droit de croire en leur chance puisque Kona se gagne à l’expérience.

Et les femmes?

Chez Trimes, on a toujours été dur avec Miranda Carfrae. Elle n’avait pas eu beaucoup de succès depuis son titre qu’elle avait pu gagner grace à l’absence de dernière minute de Chrissie Wellington. Sa performance en 2012 à vélo était presque risible. Pourtant, Carfrae avait tout simplement l’idée de battre le record du parcours et pour cela, il ne faut pas juste courir! En perdant que 4 minutes en natation et 4 minutes en vélo, elle n’a jamais douté de son retour.

Chose atypique pour les femmes, on a aussi eu le droit à la formation d’un train féminin. Tout comme les hommes, elles ont débuté à 12 pour finir 4. À la fin du compte, le rythme était trop poussé pour permettre à certaines de bien courir.

Chose intéressante dans le retour de Mirinda Carfrae, c’est avant tout le fait qu’elle soit retournée avec son ancien entraineur (Siri). Mirinda n’avait pas du apprécier voir Leanda Cave aussi entrainée par Siri reprendre sa couronne.

Ceci est une leçon intéressante  et à retenir pour les athlètes.

Faves First Name Last Name Rank Swim Bike Run Finish
Mirinda Carfrae
32
00:58:50
04:58:20
02:50:38
08:52:14
Rachel Joyce
42
00:54:09
04:55:25
03:03:37
08:57:28
Liz Blatchford
65
00:54:07
04:57:40
03:03:23
09:03:35
Yvonne Van Vlerken
70
01:01:57
04:54:38
03:03:25
09:04:34
Caroline Steffen
84
00:54:10
04:57:50
03:11:55
09:09:09
Caitlin Snow
87
00:58:47
05:08:05
02:58:53
09:10:12
Meredith Kessler
88
00:54:06
04:55:13
03:16:35
09:10:19
Michelle Vesterby
93
00:54:12
04:55:53
03:16:31
09:11:13
Gina Crawford
110
00:54:14
05:04:17
03:11:18
09:14:47
Linsey Corbin
126
00:59:11
05:07:50
03:04:54
09:17:22
Amanda Stevens
129
00:54:06
05:00:32
03:18:48
09:17:57
Leanda Cave
196
00:54:04
04:58:54
03:27:38
09:25:07
Jessie Donavan
198
01:12:46
04:59:38
03:08:03
09:25:16
Natascha Badmann
220
01:06:41
04:59:54
03:16:29
09:27:57
Kristin Moeller
266
01:13:05
05:09:54
03:04:18
09:31:41
Elizabeth Lyles
282
01:01:55
05:14:02
03:12:36
09:32:54
Amy Marsh
308
00:54:15
05:02:11
03:34:16
09:35:29
Rebecca Hoschke
315
01:06:45
05:08:37
03:15:21
09:35:52
Sofie Goos
326
00:58:56
05:12:06
03:20:59
09:36:38
14 commentaires
  1. Merci pour cette lecture intéressante de la course. Beau décryptage !
    Entièrement d’accord avec toi sur la médiocrité du live ironman, c’était pathétique.

  2. Merci pour cette lecture intéressante de la course. Beau décryptage !
    Entièrement d’accord avec toi sur la médiocrité du live ironman, c’était pathétique.

  3. Merci pour cette lecture intéressante de la course. Beau décryptage !
    Entièrement d’accord avec toi sur la médiocrité du live ironman, c’était pathétique.

  4. un vent de changement positif… terminé le  »sit and wait » en vélo. Les gars vont tous devoir rouler vite et être capable de courir après!!! Bref, semblable aux victoires de Peter Reid (des victoires avec des marathons près de 2h50, mais avec des temps de vélo à faire exploser les coureur de 2h40).

    1. Simon, il faut se demander si la course ne s’est pas jouée à Las Vegas. Je m’explique. Kienle faisait très peur. À la fin du compte, Miranda Carfrae et meme les autres femmes, prouvent que les conditions étaient quand meme très rapide et se rapprochent des hommes avec juste 40 minutes d’écart. Donc, je suis certain que dans tous ces favoris, ils avaient tous des conditions physiques pour faire des meilleurs temps au final. Il y a eu cette peur de ne pas laisser trop de temps à Kienle. Il sort pourtant un marathon très moyen.

      1. McKenzie lui n’a pas eu peur… et je suis certain qu’en 2014 plusieurs autres aussi. Mais, effectivement, Kienle change la course (mais, l’histoire montre qu’il y a toujours eu un Kienle à Hawaii si tu regardes les victoires de 8h15 et plus). Pour ce dernier, il n’a pas fini de faire peur (il a 27 ans), il est capable de courir très fort après un vélo monstre. Mais, il ne sera plus seul…
        Pour ce qui est du très moyen… pas si moyen!!! Il n’avait besoin que de 2h51 pour gagner la course. Il n’est qu’a 7 minutes de la victoire, après avoir été blessé. Moi, si j’étais un Pro, j’aurais peur de lui en 2014!!! Spécialement si Marino et Lieto coursent et que McKenzie garde confiance en ses moyens… Dans ces circonstances même un marathon de 2h55 pourrait donner la victoire (disons avec un bike de 4h15-4h20 réalisé à 3-4 gars).
        Je te le dis très excitante pour 2014 cette édition 2013.

      2. Pour moi la course s’est joué a Nice ou FVL a pulvérisé son record de l’année précédente qui était déja trés bon (nettement supérieur au record de Zamora qui n’était pas le premier venu). FVL s’est donc prouvé ce jour la qu’il était bien meilleur en 2013 que en 2012 ou il allait déja chercher la 3 ème place a Hawaii. Il ne restait qu’a faire une bonne prépa sans blessure et jouer sa carte.

  5. Effectivement un live indigne, vraiment dommage et frustrant, il faut vraiment être passionné pour regarder, pourtant c’est pas le manque de sponsors qui semble les pénaliser.