Trimomètre #19 > Le club des sub-8 expliqué avec des barres

Le « club des sub-8 » est un club imaginaire regroupant les triathlètes qui ont réussi à briser la barre mythique des 8h sur la distance Ironman. Ce groupe fait de plus en plus parler de lui car on assiste ces dernières années à une augmentation impressionnante de performances « sub-8 ». Alors qu’on assistait à entre 0 et 2 sub-8 il y a dix ans, on a eu 11 sub-8 en 2015, et 2016 s’annonce aussi un très bon cru avec 9 performances, sachant que la saison n’est pas encore fini : IM Western Australia et IM Arizona ont reçu des sub-8 dans le passé et auront lieu dans les prochaines semaines. D’ailleurs, IM Arizona a une tradition canadienne de sub-8 (Brent McMahon en 2014 et Lionel Sanders en 2015). Lionel Sanders y est annoncé pour 2016.

Bref, ce fameux club mérite qu’on s’y attarde un peu. Voilà quelques diagrammes en barres pour analyser ceux qui cassent la barre des 8 depuis 20 ans.

Description club

A ce jour, il existe 58 sub-8 réalisés par 37 athlètes. Briser le 8h demande un effort complet dans les trois disciplines, et pour certains, ce sera la performance de leur vie, comme par exemple Starykowicz, qui a bien souvent du mal à rentrer un marathon correct. Aussi, quand on regarde quels membres sont les mieux installés dans le club, on trouve des légendes de la longue distance, avec McCormack, Kienle ou Vanhoenacker qui cumulent 3 sub-8. A noter que deux athlètes ont réussi l’exploit de faire deux sub-8 au sein de la même année : Vanhoenacker l’an dernier et Nilson cette année.

1

On peut ensuite regarder qui détient les trophées des splits les plus rapides et les plus lents. On voit alors apparaitre deux records du monde : le vélo en 4h02 de Starykowicz, et le marathon de Peter Reid en 2h35. Une performance moyenne de sub-8 consiste en une nage en 48’, un vélo en 4h18’ et un marathon en 2h44’.

2

3

4

Le meilleur des sub-8er est Frodeno avec son 7h35. Voilà où se situent les splits de son record du monde dans le club. Clairement, son record du monde n’est pas venu d’un temps exceptionnel dans l’une des disciplines, mais bien de trois splits équitablement remarquables.

5

Lorsqu’on regarde comment le nombre total de performances évolue depuis 20 ans, on distingue une rupture en 2010-2011, où le nombre de performances s’emballe.

6

Rapporté annuellement :

7

Quelles nations sont dominantes en longue distance ? Il y a quelques semaines, on a assisté à un hold-up à l’IM Kona de la part de l’Allemagne. C’est pourtant loin d’être un hasard puisque 40% des sub-8 ont été réalisés par un allemand. Plus généralement les européens sont dominateurs dans le club avec 74% des performances. La localisation des parcours peut cependant avoir une influence. L’Allemagne possède deux parcours propices aux sub-8 (Francfort et Roth), et la popularité de ces évènements en font des étapes obligatoires pour les meilleurs allemands. Le Canada se retrouve 3ème, et ce n’est que récemment avec McMahon et Sanders. La France est la seule nation majeure à ne pas se partager une part du gâteau, la faute à une tradition française qui veut les courses difficiles plus attrayantes (IM Nice, Embrunman, etc…).

8

Les parcours

Un parcours de sub-8 doit combiner peu de dénivelé, un météo parfaite, et un prize money attirant pour les meilleurs. Un parcours facile ne fait donc pas tout. Ainsi, l’Ironman Maryland est certainement l’une des plus rapides au monde, mais l’absence de pros sur cette course fait qu’il n’y aura jamais de sub-8. La qualification pour Kona fait peut être en sorte que les parcours Challenge n’ont pas le succès qu’ils méritent en termes de sub-8 (hormis Roth). En tout cas, voilà les parcours les plus rapides du club. L’IM Florida n’évoluera plus dans le classement, puisqu’il est sans pros depuis deux ans.

9

D’un point de vue proportion, Roth est clairement la place pour aller faire son sub-8. Roth est à l’ironman ce que Berlin est au marathon. La présence du gratin allemand à cette course, la nation dominante, est aussi un facteur. C’est d’ailleurs là que les premiers sub-8 de l’histoire sont apparus. 76% des sub-8 ont lieu en Europe (55% en Allemagne), 20% aux Amériques et 4% en Australie. On observe aussi une apparition de jeunes circuits dans le gâteau (Barcelona, Copenhagen, …). Est-ce que les nouveaux circuits rapides seraient la raison de l’augmentation des sub-8 ?

10

Effectivement, si on rapporte le nombre de parcours différents susceptibles d’accueillir des sub-8 annuellement (car ils ont reçu ou recevront un sub-8), on voit clairement qu’il existe de plus en plus d’opportunités pour les pros de réaliser ce type de performances.

11

Et lorsqu’on regarde le nombre de sub-8 effectués sur des parcours différents annuellement, on voit qu’il y a corrélation avec le nombre de parcours rapides différents disponibles cette année-là. Il semble que les occasions de faire des sub-8 étant plus nombreuses, cela tire le nombre de sub-8 effectivement réalisé vers le haut. Le nombre de nouveaux parcours influence ainsi le nombre de sub-8 par an. Mais c’est un des facteurs seulement. Un autre facteur probable est que le niveau général est à la hausse : En 2004, de nouveaux parcours propices aux sub-8 apparaissent, mais entre 2004 et 2008 seulement 12 à 15% de ces parcours reçoivent en effet des sub-8 (les barres rouges ne font que 12 à 15% des barres vertes sur la période 2004-2008). Ensuite, c’est une augmentation progressive jusqu’à 60% (2015) des parcours rapides qui font l’objet d’une performance sous les 8 heures.

12

Donc un niveau qui s’élève quand même ?

Effectivement, l’une des manières de se rendre compte si le niveau s’élève, c’est de regarder combien de nouveaux athlètes intègrent le club annuellement. 2015 est le record avec 7 nouveaux membres. On a donc de plus en plus d’athlètes susceptibles de faire sauter la barre. Plus de parcours rapides, et plus d’athlètes rapides… On peut donc s’attendre à des années de plus en plus fastes en sub-8, d’autant plus qu’en Amérique du Nord, la tendance est à l’aplatissement avec la fermeture des Ironmans trop durs (Lake Tahoe, Muskoka…).

13

La liste

Pour finir, pour ceux qui aiment rester des heures devant des tableaux, voilà la liste brute des brutes du triathlon :

Rang Nom Nat Course année nat vélo càp Total
1 Jan Frodeno ALL Roth 2016 0:45:22 4:08:07 2:39:18 7:35:39
2 Andreas Raelert ALL Roth 2011 0:46:18 4:11:43 2:40:51 7:41:33
3 Marino Vanhoenacker BEL Klagenfurt 2011 0:46:49 4:15:36 2:39:24 7:45:49
4 Brent McMahon CAN Brazil 2016 0:47:47 4:11:54 2:42:52 7:46:10
5 Ivan Rana ESP Klagenfurt 2014 0:44:36 4:15:57 2:43:43 7:48:43
6 Marino Vanhoenacker BEL Klagenfurt 2015 0:46:40 4:11:47 2:45:53 7:48:45
7 Patrik Nilson SWE Copenhagen 2016 0:47:53 4:14:15 2:43:14 7:49:18
8 Jan Frodeno ALL Frankfurt 2015 0:46:02 4:08:43 2:50:49 7:49:48
9 Luc Van Lierde BEL Roth 1997 0:44:51 4:28:47 2:36:49 7:50:27
10 Nils Frommhold ALL Roth 2015 0:47:33 4:09:30 2:51:47 7:51:28
11 Jurgen Zack ALL Roth 1997 0:49:35 4:14:52 2:47:15 7:51:42
12 Peter Reid CAN Klagenfurt 1999 0:48:28 4:25:08 2:35:21 7:51:56
13 Dirk Bockel LUX Roth 2013 0:46:05 4:15:05 2:48:41 7:52:01
14 Marino Vanhoenacker BEL Klagenfurt 2010 0:47:49 4:18:30 2:42:03 7:52:05
15 Rasmus Henning DAN Roth 2010 0:46:57 4:23:25 2:39:43 7:52:36
16 Sebastian Kienle ALL Frankfurt 2016 0:52:12 4:12:12 2:44:12 7:52:43
17 Victor Del Corral ESP Florida 2013 0:55:23 4:15:15 2:37:29 7:53:12
18 Andi Boecherer ALL Frankfurt 2016 0:48:41 4:15:27 2:45:02 7:53:40
19 Marino Vanhoenacker BEL Brazil 2015 0:48:31 4:11:23 2:49:38 7:53:44
20 Chris McCormack AUS Roth 2007 0:49:45 4:16:31 2:45:12 7:54:23
21 Christian Kramer ALL Klagenfurt 2014 0:44:30 4:18:26 2:46:46 7:54:31
22 Sebastian Kienle ALL Frankfurt 2014 0:49:40 4:12:13 2:49:35 7:55:14
23 Andrew Starykowicz USA Florida 2013 0:49:53 4:02:17 2:58:18 7:55:22
24 Patrick Nilsson SWE Barcelona 2016 0:49:32 4:20:15 2:41:25 7:55:28
25 Brent McMahon CAN Arizona 2014 0:47:25 4:21:24 2:43:29 7:55:48
26 Michael Gohner ALL Roth 2009 0:50:30 4:21:25 2:41:17 7:55:53
27 Timothy O’Donnell USA Brazil 2015 0:47:03 4:19:26 2:45:52 7:55:56
28 Luke McKenzie AUS Western Australia 2015 0:50:31 4:08:12 2:52:29 7:55:58
29 Jurgen Zack ALL Roth 1999 0:50:59 4:14:16 2:48:10 7:56:00
30 Timo Bracht ALL Roth 2014 0:48:58 4:19:59 2:44:32 7:56:00
31 Joe Skipper GBR Roth 2016 0:52:36 4:21:12 2:38:52 7:56:23
32 Timo Bracht ALL Roth 2015 0:47:37 4:20:42 2:45:33 7:56:31
33 Lothar Leder ALL Roth 1997 0:47:32 4:25:45 2:43:22 7:56:39
34 Brent McMahon CAN Brazil 2015 0:47:02 4:19:01 2:47:08 7:56:55
35 Lothar Leder ALL Roth 1996 0:49:33 4:24:06 2:43:23 7:57:02
36 Sebastian Kienle ALL Roth 2011 0:49:58 4:12:46 2:52:01 7:57:06
37 Thomas Hellriegel ALL Roth 1997 0:49:39 4:14:45 2:52:57 7:57:21
38 Michael Weiss AUT Klagenfurt 2011 0:52:52 4:16:25 2:42:27 7:57:40
39 Craig Alexander AUS Melbourne 2012 0:50:33 4:24:43 2:38:46 7:57:44
40 Jan van der Marel HOL Almere 1999 0:52:17 4:24:28 2:41:01 7:57:46
41 Nils Frommhold ALL Roth 2016 0:46:59 4:17:34 2:48:50 7:57:49
42 Thomas Hellriegel ALL Roth 1999 0:48:57 4:16:04 2:49:51 7:57:50
43 Chris McCormack AUS Roth 2004 0:47:59 4:26:54 2:40:23 7:57:50
44 Lionel Sanders CAN Arizona 2015 0:54:04 4:13:38 2:47:07 7:58:22
45 Filip Ospaly CZE Florida 2013 0:48:06 4:23:53 2:41:17 7:58:44
46 Chris McCormack AUS Roth 2005 0:47:33 4:23:07 2:45:33 7:58:45
47 Faris Al Sultan ALL Roth 2004 0:45:45 4:24:04 2:45:57 7:58:57
48 Sebastian Kienle ALL Roth 2010 0:52:15 4:14:07 2:50:17 7:59:06
49 Timo Bracht ALL Frankfurt 2009 0:47:45 4:24:51 2:43:06 7:59:15
50 David Dellow AUS Roth 2015 0:47:35 4:20:24 2:48:12 7:59:28
51 Will Clarke GBR Copenhagen 2016 0:47:46 4:24:33 2:43:16 7:59:31
52 Igor Amorelli BRA Brazil 2015 0:47:01 4:19:23 2:49:05 7:59:36
53 Eneko Llanos ESP Arizona 2011 0:48:47 4:20:55 2:46:09 7:59:38
54 Ronnie Schildknecht SUI Florida 2011 0:51:18 4:19:55 2:43:47 7:59:42
55 Andreas Raelert GER Klagenfurt 2013 0:44:25 4:30:40 2:40:07 7:59:51
56 Chris McCormack AUS Frankfurt 2008 0:44:38 4:26:17 2:45:46 7:59:55
57 Eneko Llanos ESP Frankfurt 2013 0:46:10 4:25:32 2:44:12 7:59:58
58 James Cunnama AFS Roth 2012 0:47:41 4:29:34 2:40:06 7:59:59
Aucun commentaire