Dr Trimes > Gonfler ses pneus avant une course/sortie, quand et pourquoi?

Cher Dr Trimes, ayant lu votre article sur les boyaux et les pneus, je souhaite vous poser une question. À chaque fois que je vais à un triathlon, je ne comprends pas pourquoi de nombreux athlètes gonflent au dernier moment leurs pneus… 

C’est effectivement une pratique étonnante qui s’est généralisée. Dans les faits, cela devrait être effectué par seulement ceux qui utilisent des chambres à air en latex. Ce composant les rend  plus performantes que celles en butyle. Le latex 4 fois plus flexible que le butyle. Cela permet à la chambre de mieux se déformer en suivant mieux la forme du pneu. Au final, le latex permet de faire des gains en vitesse et en confort.

Alors, pourquoi s’en passer? Le grand désavantage est que ce matériau est très faible en terme de rétention d’air. Votre pneu se dégonfle naturellement sur un temps assez court. C’est pourquoi il faut toujours gonfler ce type de chambre à air afin d’aller rouler. 

Un des points qui n’est toujours pas maitrisé, c’est que plus vous gonflez exagérément vos pneus, plus vous accélérez le dégonflement. Ce le principe des fuites qui deviennent plus grosses si la sollicitation est accrue. 

imvi2017_banniere_trimesi_80x577

Il est important de lire correctement les indications pour la pression de vos fabricants de pneus/boyaux et de vos roues. Plusieurs aspects rentrent en considération soit la largeur de vos pneus, votre poids et le densité du filage de vos pneus (TPI). De manière généralement, vous devez gonflez vos pneus entre 85 et 120 psi. Au-delà, à moins que la route soit aussi parfaite qu’une piste, vous perdez en rendement puisque les imperfections vous font rebondir.

Si vous roulez avec des chambres en butyle, le dégonflement se limite à 1 bar ou 14,5 psi par mois. Dans le cas du latex, on parle de 1,5 bar soit 22 psi toutes les 8 heures. 

Si l’on prend un athlète en ironman, considérant qu’il n’aura plus accès à son vélo 1h avant le début de la course (transition fermée), vous ajoutez à cela la natation et les 180 km en 6h et on peut facilement estimer qu’il posera le vélo en T2 avec 25 psi en moins. 

Cela reste acceptable, mais afin de limiter ce problème, il est possible d’injecter un liquide préventif à base de latex. Même si sa première utilité est de rendre votre pneu/boyau plus résistant aux crevaisons, il permet aussi de boucher les porosités du latex et donc de limiter la perte d’air. 

Maintenant, c’est à vous de travailler en déterminant le type de matériau qui est utilisé dans votre chambre à air pour votre boyau ou votre pneu. Si vous êtes en butyle, gonfler ses roues avant une course n’est probablement pas nécessaire. 

3 commentaires
  1. J’ai deja aussi entendue parler de problème d’éclatement de la chambre a air dans la nuit a cause d’une augmentation de l’humidité et des changements de température (mais je n’ai jamais vue le cas)

  2. On oublie souvent qu une pression qui reste élevée longtemps dans un pneu/boyau va engendrer un effort important sur la roue (1bar = 1kg/cm2) donc je vous laisse faire le calxul sur l ensemble d une roue. C est pour cela qu il est également préférable de dégonfler ses pneus une fois la course terminée et de les gonfler au dernier moment.