Dr Trimes > Pourquoi quantifier sa charge (TSS) n’est pas (toujours) valable…

Dr Trimes, vous faites fréquemment mention du TSS afin de quantifier sa charge d’entrainement. J’en ai parlé à mon coach et il semble plutôt réticent à son usage. N’est-ce pas pourtant la donnée la plus pertinente pour quantifier l’entrainement?


Excellente question. En premier lieu, j’espère que votre coach vous a offert un argumentaire sur sa position. Il existe plusieurs raisons qui poussent les coachs à prendre cette donnée avec des pincettes.

Revenons à la basse, le TSS pour Training Stress Score est un outil dont Trainingpeaks en est le propriétaire (marque déposée). Cela est un peu compliqué, mais il semble impossible de protéger une formule. Quelques plateformes offrent aussi cet outil et quelques fois sous d’autres noms ou même avec des formules encore plus complexes.

Le TSS permet tout simplement à l’athlète de quantifier la charge d’un entrainement en mettant en relation en fonction de l’intensité et de la durée.

On part sur la base qu’un exercice d’une heure à 100% (seuil) donne 100 points. Dr Andy Coggan et Hunter Allen sont ceux qui ont popularisé ce principe et poussés l’adoption des capteurs de puissance. Sans puissance, le TSS tombe alors de l’estimation très approximative.

S’il est intéressant de connaitre son score (TSS) pour comparer deux séances, c’est surtout sur le long terme que cet outil gagne en pertinence. Un athlète aguerri peut générer un PMC (Performance Management Chart).

Pour un coach, le TSS peut aussi être utilisé comme une aide afin de concevoir une séance par intervalle. Cela lui permet de calibrer ses séances pour maintenir une progression hebdomadaire raisonnable.

Maintenant, pourquoi il est décrié par une certaine communauté?

Trainingpeaks est la plateforme qui tire le plus avantage de cet outil. Elle a créé toute une littérature scientifique autour. D’une certaine manière, il existe effectivement une relation entre le TSS moyen quotidien et le niveau de performance d’un athlète sur la longue distance.

Puisque la recette a particulièrement prise avec le cyclisme Trainingpeaks tente désormais d’appliquer cette formule sur la course à pied (rTSS) et la natation (sTSS). Toutes ses données suivent le même principe, soit en fonction de votre seuil.

Avec ses variantes, Trainingpeaks espérait offrir un PMC (suivi des charges) encore plus pertinent pour le triathlète.

Maintenant, cela a plutôt réveillé certains soupçons chez les spécialistes. Puisque l’impact d’un sport est très différent. Obtenir 100 points à vélo comparativement à 100 points en course à pied est très différent. On rappelle que pour qu’un coureur gagne ce nombre de points, il doit fournir un effort à 100% (seuil) durant une heure. Les sollicitations entre les deux sports seront très différentes (fatigue, dommages musculaires).

En contrepartie, pour un cycliste, marquer ce total de points n’a rien de très sorcier. Un athlète ayant un FTP à 250 Watts marquera 104 TSS avec une puissance normalisée à 208 watts (tempo) pendant 90 minutes.

imvi2017_banniere_trimesi_80x577

Combiner les chiffres des trois disciplines peut donc rapidement placer l’athlète dans l’erreur. UN total de points peut augmenter artificiellement en faisant tout simplement plus de vélo en allure modérée. Est-ce que cela lui permettra réellement de faire des progrès?

Généralement, les spécialistes encouragent les athlètes de ne pas combiner vos chiffres entre les trois sports. Cela peut rester pertinent si l’athlète a connaissance de cette problématique et qu’il s’efforce de maintenir un certain ratio entre les sports.

De plus, ses valeurs peuvent rapidement devenir étonnées si vos valeurs de seuils ne sont pas à jour.

Maintenant, la règle d’or du TSS, c’est que l’athlète doit avant tout utiliser cet outil dans le but de comparaison. Est-ce que je m’entraine plus qu’avant ou pas. Est-ce que ma semaine est plus chargée qu’avant? Le TSS n’est pas infaillible, il reste un outil à votre disposition parmi d’autres.

Mais le plus grand problème actuel avec le TSS, c’est que cette donnée ne prend pas en compte votre contexte actuel.

On s’explique, un athlète a pour habitude de maintenir un TSS quotidien de 120 TSS par jour. Il connait aussi très bien la pente de progression qu’il peut maintenir semaine après semaine. Tout semble rouler.

Malheureusement, l’athlète n’a plus autant de temps pour s’entrainer, certaines séances sont plus rapprochées et il subit une certaine pression au travail. Forcément, ces conditions font que les séances de l’athlète deviennent plus colicitantes pour lui et que même si cela correspond à une charge habituelle, il pourrait tomber dans une fatigue chronique.

Les chiffres ne soulèveront pas cette réalité.

Dans le même esprit, le TSS est incapable d’exprimer l’enchainement de deux séances. Courir 20 minutes après 150 minutes de vélo sera nettement plus sollicitant que ces deux séances séparées par 10 heures.

Maintenant, ce qu’il faut comprendre c’est que pour que le TSS gagne en pertinence, il faut suivre une routine à la lettre où la répartition des séances se répète semaine après semaine.

Dernier point, et non le moindre. Comme vous le savez, durant l’effort, l’athlète sollicité deux systèmes, soit l’aérobie et l’anaérobie. Le TSS ne fait pas la distinction entre les deux.

Dr Skiba se penche d’ailleurs sur la question. Il est d’ailleurs le scientifique derrière le principe du W’ (prime) Bal ou réserve anaérobique. Il travaille actuellement sur le TISS (Training Impact Strain System).

Le concept est de différencier la Contrainte (Strain – TISS) à l’effort (Stress – Effort).

Cela vient donc palier aux lacunes du TSS soit en différenciant une sollicitation en aérobie ou en anaérobie (neuromusculaire) puisque les deux systèmes ont des fatigues différentes. Pour cela, il existe trois scores, TISS aérobie, TISS anaérobie et TISS aérobicité (pourcentage TISS aérobie / Total TISS).

Tout cela est déjà disponible dans Golden Cheetah (logiciel gratuit) et semble très compliqué.

Le plus important dans ces exercices, c’est de connaitre les forces et les faiblesses de ces principes afin de mieux les interpréter, mais surtout de se rendre compte que votre charge augmente progressivement durant la saison.

 

 

 

Aucun commentaire

Commentaire fermé