Critique > Saucony Grid Type A4.

Saucony est une marque qui ne se disperse pas, elle se concentre uniquement à concevoir des chaussures pour la course à pied et cela se sent! Avec l’introduction de la Grid Type A4, c’était pour nous l’opportunité de comprendre pourquoi tant de coureurs ne jurent que par leur Saucony.

La Grid Type A4 est un racing flat, elle pèse seulement 6.3oz, (la Nike Lunarcer pèse 6.7oz). Généralement un racing flat est caractérisé par une semelle très plate et une semelle très dure. Généralement, ce sont des chaussures très confortables pour terminer votre course. Au delà de cette distance, elles vous blesseront, à moins que vous ayez une technique parfaite. Elles sont souvent déconseillées pour vos entrainements de longue distance.

Par contre, avec les nouvelles  que nous avons intitulé racer-everyday, comme les Nike Lunaracer ou Brooks Green Silence, il est enfin possible d’avoir des chaussures aussi légère que des racing flat sans perdre l’absorption d’une chaussure plus lourde et à notre grande suprise, la saucony se classe aussi dans cette catégorie.

Ce qui frappe au premier regard c’est le manque de talon. Il a été prouvé que plus le talon était haut, plus le risque d’avoir des problèmes avec vos talons d’Achille et  vos genoux était grand,ces chaussures vous encouragent à frapper avec le talon. Avec la semelle de la Type A4 qui est tellement mince  (vous vous demandez si elle existe vraiment)! vous êtes encouragé à courir plus sur l’avant du pied, en fait la transition se fait naturellement.

En fait la semelle est tellement mince que l’ont se demande ce qu’elle peu offrir. Étonnament, elle a une très bonne absorption, elle n’a rien a envier a une Lunaracer, bien au contraire, c’est surement la chaussure qui offre le meilleur rapport absorption/réactivité/poids. La lunaracer est plus souple mais moins réactive que la Type A4.

J’ai trouvé le compromis de la Type A4  parfait, à un tel point que c’est celle que j’aime le plus utiliser pour mes sorties intervalle et tempo et que je commence à la considérer pour mes longues sorties, par contre je la déconseillerai pour des sorties dans les sentiers. Une irrégularité dans le terrain pourrait être fatale vu le manque de semelle.

Aussi, je tiens a ajouter que je n’ai jamais eu cette impression caractérisé par une flat – une semelle trop plate avec un manque de support dans l’arche – bien au contraire, j’ai trouvé que c’est l’une des chaussures où mon pied se sent le mieux englobé. D’ailleurs Saucony a inclus dans cette chaussure leur technologie Hydrator. Sa fonction est d’humidifier votre pied, enfin je ne comprends pas vraiment comme ça marche, par contre je peux vous assurer que cela permet de placer et maintenir parfaitement votre pied de votre chaussure. Les personnes comme moi qui ont un pied légerment plus petit que l’autre apprécieront vraiment cette ajout, en fait, je crois que j’aurai du mal à m’en passer!

Autre détail que j’ai adoré, ce sont les petits piques dans la semelle. Cette technologie existe aussi chez Mizuno. Au premier regard, cela donne l’ impression que ces piques ne tiendrons pas et ne seront pas résistant. Pourtant, durant notre test, tout est resté en place. Cette technologie permet d’avoir une meilleure adhérence, honnêtement nous avons vraiment remarqué une différence. Un plastique plus rigide a été placé dans l’arche pour limiter la flexibilité et la torsion, est-ce le secret de son confort je ne sais pas. Aussi, le caoutchouc-carbone utilisé m’a semblé être très résistant, raison de plus pour ne pas la garder juste pour les compétitions!

Comme d’habitude avec les chaussures légères de ce type, la structure est minimale, on se demande comment le tissu tient en place et pourtant c’est le cas. Point négatif, la languette semble être trop courte pour les pieds minces. En tirant sur la languette, cela entraine une déformation dans le bas des lacets mais cela n’entraîne pas de désagrément. Au niveau des lacets, c’est une bande en plastique qui est en fonction, c’est assez ingénieux et surtout très résistant.

Mais, est-ce  une chaussure pour tous les jours, j’ai encore des doutes mais je crois que c’est possible. L »intérêt pour le triathlon est total.

Même si Saucony ne communique pas sur le fait que cette chaussure est faite pour le triathlon, tout semble l’indiquer. D’ailleurs Saucony commandite de plus en plus de triathlètes, elle doit alors concevoir des chaussures pour eux. Alors oui certains détails semblent nous prouver cela.

La semelle est dotée de trous. C’est un détail que l’on ne trouve pas dans des chaussures traditionnelles parce qu’il n’y a que les triathlètes pour se jeter de l’eau sur eux! En fait, ces trous permettent à l’eau de s’échapper rapidement. Mais là où cette chaussure n’a pas d’égal, c’est dans son intérieur! Comme je vous le dis souvent, les coutures dans le tissu intérieure (logo brodé, tranche de la semelle) entraînent des ampoules si vous courez  pieds nus. Saucony a très bien fait puisqu’ils ont placé une doublure ainsi qu’un élastique avec la languette, cela permet de relever la semelle et d’éviter tout frottement, croyez moi cela fait vraiment toute une différence. 

Et alors, elle est pour qui cette chaussure? Pour moi! À chaque fois que je l’ai vois, j’ai juste envie d’aller courir, non sérieusement, cette chaussure n’est pas faite pour tout le monde. Elle s’adresse à un coureur qui fait environ 60km par semaine et qui est capable de courir un 5k sub-20 min sur un triathlon sprint. Cette chaussure s’adresse surtout pour le triathlon courte distance. Si vous êtes un inconditionnel à Saucony, vous ne pouvez pas passer à coté  et si non, c’est peut-être la meilleure entrée pour découvrir cette marque parce que ce racing flat se démarque de la concurrence. Je dois vous avouez que les K-swiss K-ruzz me donnent  mal aux jambes rien qu’a les regarder depuis que je cours avec les A4.

La chaussure a une petite corde sur l’arrière pour aider à enfiler la chaussure plus rapidement. C’est un belle effort mais le système classique de boucle en arrière marche beaucoup mieux. Nous avons trouvé leur technique assez difficile à bien utiliser.

Point de vue tissu, à peu près comme toutes les chaussures, son aération est très bonne.

10 commentaires
    1. Je te dirais que les A4 sont une coche au dessus plus racing flat. Comme je le disais dans l’article quelqu’un qui court plus de 60km par semaine sera capable de les supporter sans problème.

      Entre les Asics et les Saucony tu gagnes 1 oz. Ce n’est pas énorme, mais je t’assure que lorsque tu mets les Saucony tu as l’impression que tu vas aller vite.

      Si jamais tu fais du 10.5 j’ai une autre paire neuf si ca t’interesse.

  1. Moi c’est l’élastique de la languette qui m’avait fait une énorme ampoule avec les typeA3, comme quoi…

  2. hello,
    1er run cette semaine avec mes A4 fraichement arrivées.
    40′ et legere « douleur / inflamation » derriere le talon ;–(
    Affaire à suivre, —– prochain run j’enleve la semelle interieure pour « voir si ça ira mieux ».

    A+ les z’amis

    Phil

    1. Phil, je me rappel avoir eux la meme sensation. la fourche arriere m’avait fait saigner à l’arrière du talon à causse du frottement. Enfin comme toutes les autres chaussures… il faut les faire à son pied. Mais vas-y prudemment.

      Aussi, ces chassures sont des « zero-drop » donc cela possiblement changer tes appuies. Donc soit attentif. Il est possible d’avoir une douleur juste parce que tu es en adaptation…

  3. J’en ai aussi une paire qui va super bien, je ne les mets jamais pour l’entrainement mais pour les courses jusqu’à 15km c’est le top, même sur un terrain vallonné c’est ok mais il faut faire attention d’avoir fait un entrainement progressif avec des chaussures type Kinvara avant d’utiliser ça pour un 10k car les mollets finissent dans un sale état…

      1. Hello, en fait il me manquait effectivement un p’tit rodage que je dédicace à NTQ.
        Ce matin, 27 kms de run et AUCUNE douleur, il aura fallu 4 sorties de rodage, merci pour vos conseils avisés. j adore TRIMES ! really

        Phil