Le prince du Bahrein à Ironman Florida… Lorsque la WTC laisse courser un présumé tortionnaire d’athlètes…

Il y a quelques jours, un tweet mysterieux : « Our own @CEOIronman meeting with HH @Nasser13Hamad at #IMFL pic.twitter.com/j6zjOC4hbF« . Après quelques recherches nous nous demandons, mais qui est donc ce fameux ce fameux Nasser bin Hamad Al Khalifa qui a l’honneur d’avoir la visite d’Andrew Messick, soit le CEO d’ironman.

BX1hBgsIQAA9RSR

Cette photo parait anodine et pourtant, tous ces hommes sont simplement ces gardes du corps. Et oui, cet homme est tout simplement le Prince du Bahrein.

Un peu comme toujours en fouillant, on apprend que certaines organisation ont tenté de convaincre la WTC de ne pas laisser ce prince participer à cette course.

Pourquoi cette opposition? Nasser est d’ailleurs président de la fédération olympienne du Bahrein. Chez Trimes, on se rappelle très bien de leur première médaille au 1500m avec Rashid Ramzi. Ce fut l’un des premiers athlètes à être positif au CERA.

Enfin, il faut surtout se rappeler de Février 2011 où le pays est rentré dans une révolte populaire et démocratique contre le pays. Pour ta mémoire, c’est le fameux pays qui a annulé son grand prix en 2011 à cause des mouvements sociaux et qui depuis, s’est assuré que cela ne se reproduise plus.

L’organisation des jeux olympiques avait d’ailleurs tenter d’empêcher la venue de Nasser bin Hamad Al Khalifa puisqu’il aurait demandé de détenir et de torturer 150 athlètes. Il existe même des témoignages selon lesquels il se serait personnellement occupé de certains athlètes.

Attention, Trimes rapporte ces allégations et nos sources sont différents rapports sur Wikipedia comme celui-ci. D’ailleurs, ce pays revient souvent dans l’actualité à cause de son Grand Prix et le fait que leur situation est assez proche de celle de la Syrie.

Pas étonnant qu’a son récent 70.3 en Allemagne, certains activistes auraient été battus par ses gardes.

Pas la peine de vous dire qu’il aura droit de se tenir dans le sillon de ses gardes tout le long de la course.

Évidemment, puisque les États-Unis l’ont laissé rentrer dans le pays et que même le comité olympique n’a été en mesure de le sanctionner, il devient difficile pour la WTC de prendre une décision que des instances supérieures ont refusé de prendre. Notre filtre à Tweet de Brett Sutton vient d’ailleurs de comprendre ce message si mysterieux… the injustices in this sport are mind boggling,now wtc selling them selves to barhainy sheiks,just nothin we wont do4a $ ,lookin 2 sell boys

Disons que l’esprit communautaire et rassembleur d’ironman vient d’en prendre un coup dans notre livre.

1 commentaire

Commentaire fermé