Ce week-end > Jan Frodeno, rendez-vous avec l’histoire ou… la qualif « compétitive » pour Kona…

Ce week-end aura lieu l’Ironman Autriche. Contrairement à l’an passé, Jan Frodeno a décidé de valider sa qualification plus tard dans la saison. Pour votre information, le double champion du monde à encore deux mois pour valider sa qualification. Profitant de son statut d’ancien vainqueur, selon la réglementation Ironman, il lui suffit de terminer la course de manière compétitive pour réclamer son billet pour Kona. La propriété du groupe Wanda, à récemment ajouté la notion de « compétitive » pour éviter de voir un champion sur la réserve. On a déjà vu un ancien champion faire l’intégralité du marathon à la marche en mangeant des pizzas. Malheureusement, Ironman reste très vague et n’associe aucun chiffre sur la notion de compétitif…

Mais qui dit Jan Frodeno, dite course au record…

Ironman Autriche est justement un terrain de jeu parfait pour établir une nouvelle marque. Elle est d’ailleurs tombée récemment avec le 7:40 de Tim Don au Brésil. Si Jan Frodeno est l’athlète le plus rapide sur la distance (Roth), il pourrait mettre tout le monde d’accord en réalisant cet exploit sur le circuit Ironman. 

Comme vous devez le savoir, Trimes n’est pas forcément très friand des records parce que ces marques semblent avant tout une manière de vendre du matos ou une course. 

Le plus étonnant dans tout cela, c’est que le record de Luc Van Lierde (7:50:27) de 1997 a tenu plus de 13 ans. C’est justement à Klagenfurt (2010 – 7:52:05) qu’un autre Belge, Marino Vanhoenacker a récusité un intérêt pour cet exploit. Il doubla l’exploit avec 7:45 l’année suivante. Avant les marques de Lionel Sanders (Arizona 7:44:29) et Tim Don (Brésil 7:40:23), Klagenfurt était considéré comme la course la plus rapide sur le circuit Ironman.

Comme toujours l’intégrité des parcours est souvent à remettre en question. Sans oublier tous les suiveurs qui peuvent avoir une influence sur la performance des athlètes. Le phénomène SUB-2 de Nike existe depuis très longtemps en triathlon. 

Mais est que Jan Frodeno peut vraiment le faire…

Le champion allemand ne se cache pas il a du combattre un virus pendant deux semaines et il n’a pu reprendre l’entrainement proprement dit que durant les deux dernières semaines. Son entourage parle donc d’une participation à Klagenfurt dans l’unique but de valider sa qualification, mais voilà, on l’a aussi vu dans le passé gagné haut la main le 70.3 d’Oceanside après avoir repris la course à pied seulement deux semaines avant l’événement. Il est toujours plus facile de répondre aux attentes quand elles sont plus basses.

On sait tout on ne sait rien. 

La performance de Jan Frodeno aura comme toujours un écho chez ses concurrents. N’oublions jamais que Kona se prépare à l’avance. Un athlète doit impressionner pour être vu comme intouchable. Ces détails font la différence le jour de course. Avec un athlète comme Lionel Sanders qui est clairement en progression cette année, Frodeno doit démontrer qu’il est toujours aussi dominant dans les deux premières disciplines et qu’il pourra tenir à distance la vedette canadienne. 

À suivre…

 

Aucun commentaire