Alistair Brownlee, trouver le bon challenge, l’arrivée sur le long retardé?

Nombreux pensent que l’arrivée d’Alistair Brownlee en longue distance, soit le seul athlète avec deux titres olympiques (Londres 2012 et Rio 2016), pourrait chambouler le sport avec des nouveaux standards en termes de performance.

Alors la grande question est quand fera-t-il le grand saut et qu’on verra enfin l’athlète du Yorkshire à Kona? Dans une récente interview avec le Yorkshire Post, rien n’indique que l’athlète de 29 ans est impatient de se rendre à Hawaii et comme Jan Frodeno, réussir l’incroyable doublé champion olympique et Kona. 

À nouveau blessé dans ce qui devait être sa première saison avec comme objectif principal de gagner le titre mondial d’Ironman 70.3, pour 2017, Alistair Brownlee voit à court terme. 

Déjà sélectionné, l’ainé de deux frères Brownlee veut défendre son titre aux Jeux du Commonwealth. La course aura lieu en avril en Australie (Gold Coast) et à la particularité de se disputer sur la distance sprint. 

Son frère sera probablement son plus grand rival. Il faudra aussi compter sur Richard Murray et les Canadiens et Australie. Après cela, l’objectif sera de remporter le Championnat du monde de 70.3. Se déroulant en septembre, le Britannique pourrait à nouveau martyriser ses collègues sur les séries mondiales ITU.  

Alistair avoue qu’il ne veut rien décider pour maintenant. Il souhaite réfléchir à nouveau sur ses futures directions uniquement après les prochains championnats du monde de 70.3. « Même si Tokyo se rapproche, je ne prendrais ma décision finale qu’à la fin de la saison prochaine, que cela soit tout sur Tokyo ou me concentrer sur le long … avoir plus de titres olympiques n’est pas une motivation. Quand j’ai gagné Londres, j’étais la première personne à avoir tous les titres, quand j’ai gagné à Glasgow, j’étais le premier à gagner les Olympiques et les Commonwealth, alors il y a toujours une première quelque part… » 

Il ajoute, « À Tokyo, je pourrais être le premier avec trois titres olympiques, mais ce style de trucs ne me motive pas réellement, en fait, ce qui me motive, c’est surtout le challenge. Au fond, c’est de battre mes concurrents lors de la journée la plus importante de l’année, avec les ans, j’ai réalisé que c’est cela qui est important pour moi, alors l’ironman présente un énorme challenge pour moi pour un nombre de raisons, gagner le champion du monde à Hawaii où c’est particulièrement chaud, c’est gros. »

Aucun commentaire